RTBFPasser au contenu
Rechercher

Journal du classique

Valery Gergiev congédié par l’Orchestre Philharmonique de Munich

01 mars 2022 à 15:06Temps de lecture3 min
Par Céline Dekock

Face au silence du chef d’orchestre russe concernant l’invasion de l’Ukraine, l’Orchestre Philharmonique de Munich a décidé de se séparer de Valery Gergiev, qui dirigeait l’orchestre depuis 2015.

Il était l’un des chefs d’orchestre les plus demandés du moment. Mais depuis le jeudi 24 février dernier et l’invasion de l’Ukraine par la Russie, Valery Gergiev voit les annulations de ses concerts se succéder. Ainsi, La Scala de Milan, l’Orchestre philharmonique de Rotterdam et l’Orchestre philharmonique de Munich avaient exigé de Valery Gergiev, connu comme étant un proche de Vladimir Poutine, de se positionner contre la guerre en Ukraine.

Le maire de Munich, Dieter Reiter, avait laissé au chef d’orchestre jusqu’à ce lundi 28 février pour se prononcer. Face au silence de Gergiev, l’Orchestre philharmonique de Munich a donc décidé de "se séparer" de son directeur musical, avec qui il collaborait depuis 2015. "Il n’y aura donc plus de concerts de l’Orchestre philharmonique de Munich sous sa direction à partir de maintenant", a indiqué dans un communiqué Dieter Reiter, le maire de la capitale bavaroise.

Il en sera probablement de même pour les prochaines représentations de la Dame de pique à La Scala, qui doivent reprendre le 5 mars prochain. Sur le site de l’opéra milanais, Valery Gergiev reste néanmoins annoncé à la direction, pour l’instant.

Munich n’est pas la seule ville à prendre ses distances avec le chef d’orchestre russe. Le week-end dernier, la venue Valery Gergiev au Carnegie Hall de New York a été annulée. Gergiev, qui devait diriger l’Orchestre philharmonique de Vienne, a été remplacé par Yannick Nézet-Séguin. L’Orchestre Philharmonique de Paris et le Festival Dvorak de Prague ont également annulé les prochains concerts du chef d’orchestre tandis que le Verbier Festival a demandé la démission de Valery Gergiev en tant que Directeur musical du Verbier Festival Orchestra.

Artistes et institutions russes sommés de se positionner contre la guerre

Valery Gergiev n’est pas le seul artiste russe à être sommé de se positionner contre la guerre en Ukraine. Partout dans le monde, des institutions et des artistes russes sont bannis des salles de concerts internationales, jusqu’à ce qu’ils prennent clairement position contre la guerre en Ukraine menée depuis ce jeudi 24 février par Vladimir Poutine. C’est le cas du Bolchoï, dont les représentations estivales au Royal Opera House de Londres ont été annulées.

Comme le rapportent nos collègues de France Musique et de Diapason, depuis, le directeur du Théâtre du Bolchoï, Vladimir Urin "a depuis signé une pétition et une lettre publique dénonçant la guerre en Ukraine".

De l’autre côté de l’Atlantique, le Metropolitan Opera de New York n’accueillera aucun artiste "pro-Poutine" jusqu’à nouvel ordre, a annoncé le directeur du Met, Peter Gelb : "Alors que nous croyons fermement en l’amitié et dans les échanges entre artistes et institutions américaines et russes, nous ne pouvons plus nous engager avec des artistes ou des institutions qui soutiennent Poutine, ou sont soutenues par lui. Pas tant que l’invasion et les tueries n’auront pas cessé."

Il n’est pas juste de forcer les artistes, ou toute autre personnalité, à exprimer leurs opinions politiques en public et à dénoncer leur patrie.

Anna Netrebko

Si certains artistes russes, comme Semyon Bychkov ou Alexander Melnikov, se sont très rapidement exprimés sur la situation en Ukraine, en condamnant la guerre menée par la Russie, d’autres considèrent qu’il n’est pas "juste" de leur demander à un artiste d’exprimer leur opinion politique. C’est le cas de la soprano russe Anna Netrebko, qui s’est sentie obligée de s’exprimer sur ses réseaux sociaux : "J’ai pris le temps de réfléchir car je pense que la situation est trop grave pour la commenter sans y réfléchir vraiment, écrit la soprano. Tout d’abord, je suis opposée à cette guerre. Je suis Russe et j’aime mon pays, mais j’ai beaucoup d’amis en Ukraine et la douleur et la souffrance actuelles me brisent le cœur. Je veux que cette guerre prenne fin et que les gens puissent vivre en paix. C’est ce que j’espère et ce pour quoi je prie. Il n’est pas juste de forcer les artistes, ou toute autre personnalité, à exprimer leurs opinions politiques en public et à dénoncer leur patrie. Cela devrait être un choix libre. Comme beaucoup de mes collègues, je ne suis pas une personne politique. Je ne suis pas une experte en politique. Je suis une artiste et mon but est d’unir les gens au-delà des clivages politiques."

La soprano a dû annuler ses concerts prévus au Danemark le week-end dernier. D’autre part, Anna Netrebko a pris la décision d’annuler ses prochaines représentations à La Scala, à l’Opéra d’État de Bavière ainsi qu’à l’Opéra de Zurich. "Ce n’est pas le moment pour moi de faire de la musique et de me produire", a-t-elle expliqué. "J’ai donc décidé de prendre du recul par rapport aux représentations pour le moment. C’est une décision extrêmement difficile pour moi, mais je sais que mon public comprendra et respectera cette décision."

Sur le même sujet

Guerre en Ukraine : La soprano russe Anna Netrebko condamne la guerre et annonce son retour sur scène

Journal du classique

Le chef d’orchestre Ivan Velikanov suspendu en Russie pour avoir joué l’Hymne à la joie

Journal du classique

Articles recommandés pour vous