RTBFPasser au contenu

Monde

Variole du singe : les anciens vaccins seraient efficaces

Variole du singe : les anciens vaccins seraient efficaces
20 mai 2022 à 20:05 - mise à jour 20 mai 2022 à 20:551 min
Par Belga, édité par Anthony Roberfroid

Les anciens vaccins contre les varioles protègent contre celle du singe, assure vendredi le Dr Patrick Soentjens de l'Institut de médecine tropicale (IMT) d'Anvers. Le vaccin spécifique développé depuis quelques années par la société Bavarian Nordic ne peut lui être commandé que par les autorités fédérales.

La variole du singe se traduit généralement par des symptômes grippaux et des lésions cutanées. Il est apparu au début du mois au Royaume-Uni, en Espagne, au Portugal, en Italie, en Suède, au Canada et aux Etats-Unis, principalement chez les hommes homosexuels.

Il est encore prématuré de parler de "virus sexuellement transmissible" au sein de groupe de personnes, des recherches sont en cours à ce sujet, selon le Dr Soentjens. L'infection a le plus souvent été signalée en Afrique, mais elle a désormais gagné l'Europe, et notamment la Belgique, où trois cas ont été confirmés.

Les "simples" varioles avaient été éradiquées dans les années septante à la suite d'une campagne mondiale de vaccination. "Les personnes ayant été vaccinées sont également protégées contre celle du singe, qui a moins virulente que les autres", affirme le spécialiste de l'IMT.

La société Bavarian Nordic dispose d'un vaccin spécifique. "Il pourrait être utilisé chez le personnel soignant ou chez les personnes ayant eu un contact à risque", estime le Dr Soentjens.

L'IMT a par ailleurs reçu l'autorisation d'analyser des tests PCR, pour lesquels sont prélevés des échantillons sur la peau. Cela permettra à l'Institut de rapidement détecter et isoler les cas positifs. Jusqu'à présent, les échantillons devaient être envoyés aux Pays-Bas pour être analysés.

Les patients infectés par le virus doivent s'isoler, c'est-à-dire ne pas avoir de contact jusqu'à ce que les lésions soient guéries. 

Les contacts à haut risque, comme les cohabitants et les partenaires sexuels, sont invités à surveiller leur état pendant 21 jours pour détecter les symptômes - compte tenu de la période d'incubation - et ne doivent pas être mis en quarantaine.

Sur le même sujet

26 mai 2022 à 11:53
9 min
24 mai 2022 à 05:00
4 min

Articles recommandés pour vous