Regions Liège

Vers une liquidation de l'assureur liégeois Intégrale ? Chronique d'une mort annoncée

Les problèmes de solvabilité de l'Intégrale ne datent pas d'aujourd'hui
13 oct. 2020 à 17:08Temps de lecture2 min
Par Erik Dagonnier

Une brève rencontre a eu lieu mardi après-midi entre direction et syndicats chez l’assureur Intégrale. Les 150 employés sont inquiets. Il faut dire que les mauvaises nouvelles se succèdent chez l’assureur liégeois. Son plan de rétablissement a été recalé par la Banque nationale. En cause : un matelas financier jugé insuffisant. Or son principal actionnaire, Nethys, a décidé de ne pas réinjecter de capitaux dans sa filiale assurances. Il faut dire que depuis le scandale sa maison mère Nethys, la compagnie d’assurances Intégrale s’enfonce dans la tourmente. Les rémunérations exorbitantes de ses anciens dirigeants ont choqué. Aujourd’hui, l’entreprise spécialisée en pensions complémentaires fondée à Liège en 1925, risque de disparaître.

" Les assurés ne perdront rien ! Il y a assez d’argent pour les pensions"

" Les assurés ne perdront rien ! Il y a assez d’argent pour les pensions" affirme un administrateur de l’Intégrale qui se veut rassurant. N’empêche, le même a des mots très durs sur l’ancienne gestion de l’assureur par le groupe Nethys. Absence de Business plan, recours systématique à la recapitalisation… "Cette vision uniquement capitalistique des anciens responsables a mené l’assureur liégeois à l’abattoir alors que la société est rentable" ajoute cet administrateur. Depuis des années, l’actionnaire Ogeo Fund a déjà injecté 60 millions d’euros et Nethys 350 millions. Un véritable puits sans fond. Plus question donc pour les actionnaires aujourd’hui de rajouter de l’argent public sans garanties à moyen terme. Il faudrait entre 250 et 300 millions.

Le risque: un énorme gaspillage d'argent public et un drame social

A cause de ces problèmes de solvabilité, le risque maintenant pour l’Intégrale, c’est donc que la Banque nationale désigne un commissaire pour liquider l’entreprise. Un délai a été fixé : le 27 octobre. D’ici là, différents scénarios sont à l’étude. Les assurances pensions seront garanties. Mais avec la disparition de l’assureur liégeois, on assistera à un énorme gaspillage d’argent public et sans doute un drame social pour les 150 employés. Les syndicats qui ont brièvement rencontré la direction de l’Intégrale hier mardi devraient se revoir le 24 octobre prochain.

 

Sur le même sujet

Assurances Intégrale : les 110 emplois sauvés à Liège suite à la reprise officielle par MonumentRe

Regions

Articles recommandés pour vous