Tarmac

Vers une nouvelle vague de house dans le hip-hop ?

Ce mardi, Beyoncé a signé son grand retour, six ans après son dernier album. Difficile de passer à côté, me diras-tu, tant son single "Break my soul" a broke the Internet. Moins de six heures après sa publication, ce nouvel extrait franchissait déjà la barre du million de vues sur YouTube. Sans clip, presque sans bruit, à l’exception d’une publication sur son compte Instagram, Beyoncé s’est rangée dans les tendances. Mais ce n’est pas la seule particularité de "Break my soul". Il se pourrait que Queen B, avec cette sortie, s’inscrive dans un mouvement latent dans l’industrie du hip-hop : le retour à la house music.

Loading...

Des sonorités familières

De prime abord, rien à signaler. "Break my soul" est catchy, les mélodies de l’ancienne Destiny’s Child n’ont pas pris une ride. Pourtant, l’instru détonne par rapport aux anciens tubes de la star américaine. Une grosse caisse bien lourde martelée sur tous les temps, des cymbales, un rythme rapide et dansant… Ça nous rappelle un courant né à Chicago dans les années 1980 : la house.

Loading...

Contrairement à ce que tu pourrais croire, la house music, ce n’est pas de la "musique de maison". Ce courant tire son nom du Warehouse, un club de Chicago dans lequel le DJ Frankie Knuckles, surnommé le "parrain de la house", jouait régulièrement. Populaire en boîte de nuit, cette musique d’un nouveau genre s’est rapidement fait une place dans le paysage électronique. Portés par des tubes tels que "Gypsy Woman" de Crystal Waters dans les années 1990, le mouvement et ses sous-genres ont laissé un héritage riche à la musique. À tel point qu’aujourd’hui, le hip-hop semble vouloir se l’approprier.

Une vague par-delà les mers

Tu l’auras compris : Queen B n’est pas un cas isolé. Pas plus tard que vendredi dernier, Drake sortait un album surprise intitulé Honestly, Nevermind. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ses fans ont été surpris·es. Le rappeur canadien, à qui l’on reprochait de tourner en rond dans ses derniers projets, comme l’écrivait Booska-P, a pris un virage à 180 degrés en proposant des sonorités très… house. Contre toute attente, on y retrouve une ambiance estivale et des prods rythmées que l’on croirait issues d’une soirée rooftop au Mont des Arts, à Bruxelles.

Loading...

De l’autre côté de l’Atlantique, la scène francophone semble aussi suivre le mouvement. Teasée il y a plusieurs mois, la collaboration entre Hamza et SCH devrait à son tour reprendre les codes du courant originaire de Chicago. En effet, quelques extraits ont fuité et ont laissé entendre une instru aux influences électroniques. "Fade Up" -c’est le nom du morceau- devrait d’ailleurs sortir très prochainement au vu des affiches placardées à Marseille ce lundi.

Loading...

« H&M music »

Si cette nouvelle vague satisfait une partie du public, surtout en prévision de l’été qui arrive, d’autres se sont montrés plus acerbes. L’expression "H&M music" est souvent revenue pour critiquer le manque de rap traditionnel dans le dernier album de Drake.

Loading...
Loading...

La mode est cyclique et, de toute évidence, la musique n’y fait pas exception. Alors que l’on vient de célébrer la fête de la musique, il semble qu’un vent venu tout droit des nineties souffle sur le hip-hop. Avec les températures qui grimpent, il pourrait bien être rafraîchissant !

Sur le même sujet

Beyoncé : son album aurait fuité mais ses fans refusent de l’écouter par respect

Musique

Beyoncé : Jay-Z, Drake et Pharrell Williams sur son nouvel album

Musique

Articles recommandés pour vous