C'est vous qui le dites

Vias plaide pour une tolérance zéro concernant l’alcool au volant : validez-vous la demande ?

© Belga Image

Vias plaide pour une tolérance zéro concernant l’alcool au volant. Benoît Godart, porte-parole de Vias, l’institut pour la sécurité routière, explique qu’avec une telle décision, ce sont 17 vies qui seraient sauvées chaque année. Il explique que la tolérance zéro quand on conduit permettrait d’éviter à certains de calculer à combien de verres ils sont pendant une soirée, les choses seraient beaucoup plus claires, pour conduire, il ne faudrait pas avoir bu.

Vous validez la demande ? C’est la question que l’on vous posait ce matin dans "C’est vous qui le dites".

Voici quelques moments forts de l’émission…

alejandrophotography – Getty Images

"Tolérance de deux verres, pas zéro"

Alessandro, un auditeur de Charleroi, est intervenu à ce sujet sur notre antenne : "Non à la tolérance zéro. Si je vais quelque part et qu’on m’offre une bière, par exemple, je vais la boire et ensuite laisser ma voiture sur le côté parce que j’ai bu ? Pourquoi devrais-je m’interdire une bière ? Ce n’est pas un verre qui va me rendre dangereux. Au-delà de 2 verres, je donne mes clés à mon épouse. Il faut toujours une tolérance de deux verres, mais pas de tolérance zéro."

© Tous droits réservés

"Tolérance zéro et plus de contrôles sur les routes"

Du côté de Barbençon, dans la province de Hainaut, Carine nous partage son avis : "Je soutiens la demande de Vias. Il y a pile un an que mon fils de 21 ans a eu un accident impliquant une personne alcoolisée qui avait 2,03 g/L dans le sang."

Suite à cet accident, mon fils est devenu paraplégique

"Je pense que lorsqu’une personne boit un verre, elle est vite tentée d’en boire un deuxième, puis un troisième, etc. Ce n’est pas possible de s’arrêter à un. Je suis favorable à la tolérance zéro et plus de contrôles sur les routes."

© Tous droits réservés

"Je reste chez moi ou je prends le taxi"

Le débat s’achève avec Christophe à Waremme : "Je valide la tolérance zéro. Il y a quelques années, je buvais énormément et j’avais toujours quelques petits accrochages, mais jamais rien de grave. Un jour, j’étais accompagné et j’ai failli blesser la personne. Et j’ai eu le déclic, je me suis dit que ça ne servait à rien de calculer ce que je bois, on n’est déjà plus le même après un verre. Maintenant, je prends mes dispositions, je reste chez moi ou je prends le taxi. "

Nous vous invitons à poursuivre le débat sur notre page Facebook "C’est vous qui le dites" et à revoir l’émission sur Auvio. Nous vous donnons rendez-vous du lundi au vendredi de 9h à 10h30 sur VivaCité et La Une pour trois nouveaux débats.

Sur le même sujet

Le 13e "week-end sans alcool au volant" commence vendredi

Belgique

Covid-19 : avez-vous et allez-vous tester vos enfants pour la rentrée ?

C'est vous qui le dites

Articles recommandés pour vous