RTBFPasser au contenu
Rechercher

L'atelier des muses

Victoria Borisova-Ollas, un langage sonore séduisant, chatoyant, original et novateur

17 mars 2022 à 13:25Temps de lecture1 min
Par Hélène Michel

Victoria Borisova-Ollas, née en 1969 en Russie à Vladivostok, ville portuaire située à six mille kilomètres de Moscou. Elle a d’abord étudié dans la capitale, au Conservatoire Tchaïkovski avant de poursuivre son éducation à Londres et à Malmö.

Installée en Suède depuis près de 20 ans maintenant, elle s’est fait connaître dans le monde musical à la fin des années 90, lorsqu’elle a gagné le 2e prix du Concours de Composition britannique. Victoria Borisova-Ollas est une compositrice qui, jusqu’ici, s’est beaucoup investie dans des compositions pour orchestre – elle a écrit de nombreuses pages pour orchestre dont deux symphonies -, et compose aussi des opéras : La Terre sous ses pieds, par exemple est un opéra adapté du roman éponyme de Salman Rushdie. Son autre opéra, Dracula, s’est joué à guichets fermés, opéra qui fait appel à l’intervalle dissonant par excellence surnommé le diabolus in musica.

Dans toutes ses partitions, son langage sonore est particulièrement séduisant, chatoyant, original et novateur. Elle fait ressortir des espaces acoustiques d’une grande beauté et explore les sonorités de l’orchestre avec beaucoup de raffinement.

En témoigne par exemple cette œuvre pour orchestre intitulée "Avant que naissent les montagnes", une partition commandée en 2005 par l’Orchestre symphonique de la Radio de Stuttgart. Une œuvre qui reflète l’intérêt de Victoria Borisova-Ollas pour les Psaumes de la Bible. La source de cette partition est le Psaume 90, une fervente prière de Moïse qui salue la puissance d’une entité supérieure.

La compositrice explique que lors de l’interprétation de l’œuvre, les principaux instrumentistes de bois solistes quittent un moment donné leur siège et se rendent à des lutrins séparés, placés devant l’orchestre. Vers la fin de l’œuvre, ils rejoignent le groupe des bois. Il y a donc un déplacement des sonorités dans l’espace, et tout un jeu de nuances et de coloris qui en découle et qui dévoile les talents d’orchestratrice virtuose de Victoria Borisova-Ollas. Nous découvrons cette œuvre, dans la version de l’orchestre philharmonique Royal de Stockholm dirigé par Martyn Brabbins.

L'atelier des muses

Victoria Borisova-Ollas

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Alice Mary Smith, l’une des premières compositrices britanniques à avoir composé une symphonie

L'atelier des muses

Francesca Caccini, étoile féminine du baroque italien, première compositrice d’opéras

L'atelier des muses

Articles recommandés pour vous