Politique

Vie privée : la nouvelle loi sur la conservation des données validée en première lecture en commission

01 juin 2022 à 16:24Temps de lecture1 min
Par Belga, édité par Lavinia Rotili

La commission de l'Économie de la Chambre a approuvé en première lecture la nouvelle version de la loi sur la rétention des données, qui impose aux opérateurs télécoms de conserver les métadonnées de leurs clients.

Le dispositif contesté de "porte arrière", par lequel les services de communication cryptés comme Whatsapp ou Telegram auraient été soumis à une obligation comparable, a été retiré.

À la demande de la N-VA, une deuxième lecture sera nécessaire avant le vote nominatif. Les nationalistes flamands, rejoints par le PTB, ont également demandé une approbation du rapport, retardant l'examen du texte en plénière de quelques semaines.

La Cour constitutionnelle avait annulé la version précédente de la loi au mois d'avril 2021 en s'appuyant sur la jurisprudence européenne sur la protection de la vie privée. Un projet de loi réparatrice était prêt depuis un certain temps mais le feu vert du gouvernement tardait en raison du problème de cette "porte arrière".

Ce point, discuté en ce moment au niveau européen, fera l'objet d'un examen séparé ultérieurement.

L'avant-projet de loi "data retention", porté par les ministres Vincent Van Quickenborne (Justice) et Petra De Sutter (Télécommunications),  a finalement été validé en Conseil des ministres en décembre 2021.

À un dispositif jugé généralisé et indifférencié, la nouvelle loi tente de substituer un mécanisme ciblé imposant des obligations en fonction de critères géographiques et de l'état de la criminalité dans une zone déterminée.

Concrètement, les opérateurs devront fournir aux autorités une série de renseignements comme le numéro de Registre national ou un numéro équivalent, le nom et le prénom de l'utilisateur final, l'alias éventuel choisi par l'utilisateur final lors de la souscription, les coordonnées de contact de l'abonné qui ont été fournies lors de la souscription au service, l'adresse IP à la source de la connexion, etc.

Les données à fournir seront limitées aux données d'identification et ne concernent pas les données de communication.

Sur le même sujet

Loi pandémie, Covid Safe Ticket, vaccination : que reste-t-il de nos données ?

Coronavirus

Articles recommandés pour vous