RTBFPasser au contenu
Rechercher

Football

Vincent Kompany avant Anderlecht-Antwerp : "Enflammer le stade"

Vincent Kompany était détendu en conférence de presse avant Anderlecht-Antwerp

Vincent Kompany est apparu détendu devant la presse à la veille du quatrième match des Mauves en playoffs. Anderlecht reçoit l'Antwerp ce jeudi, après l'éclatante victoire bruxelloise (0-4) au Bosuil lors du match "aller" dimanche dernier.

Mais pas question pour coach Kompany de dévoiler ses cartes : "En playoffs 1, tout ce que je peux garder pour moi, je garde pour moi (plutôt que de mentir)", sourit l'entraîneur bruxellois, interrogé sur la présence d'Hendrik van Crombrugge entre les perches au prochain match. Le gardien, gêné au dos, avait fait l'impasse sur le match du week-end, bien suppléé par le jeune Bart Verbruggen.

Kompany s'est même mis à la place des journalistes quelques instants, en estimant que tous les articles intéressants devraient plutôt être écrits... après le match. "Tellement de choses peuvent se passer, pour nous, pour l'Antwerp, pour Bruges, pour l'Union. J'ai l'impression qu'on sera peut-être dans une réalité totalement différente. Là c'est un peu trop tôt". C'est ce qui s'appelle un joli dribble, avant même d'aborder les questions à propos de l'Antwerp et de rejeter la pression sur l'adversaire : "Je connais les caractères et les personnalités dans le vestiaire anversois. On peut citer Radja Nainggolan et Faris Haroun par exemple. Ce sont des joueurs d'expérience qui savent réagir dans des moments comme ceux-ci. A eux de se livrer."

Une défense moins fébrile

La victoire à Anvers semble en tout cas déjà derrière les Anderlechtois. Une belle victoire, oui, mais un simple pas pour le coach mauve. Et quand un journaliste lui fait remarquer que son équipe semble avoir retrouvé une vraie stabilité défensive, Vince the Prince sourit encore une fois. "Si je peux faire une déclaration dans ma carrière, c'est de dire que jamais une équipe que je coache ne sera fébrile pendant longtemps sur le plan défensif. Je peux être le pire coach au monde mais ça ce ne sera pas possible", se marre l'ancien défenseur central de Manchester City. "On est en tout cas une équipe qui fonctionne sur les automatismes. Le début de saison a été difficile, et on n'a pas réussi à atteindre le niveau défensif de l'Union ou de Gand par exemple mais on vient juste après. On est en progression permanente. Si on arrive à garder notre ossature, on sera encore mieux la saison prochaine."

"Enflammer le public"

Satisfait de la prolongation de Zeno Debast, Vincent Kompany estime la décision du joueur totalement logique. "La seule chose qui compte à cet âge-là dans une carrière ce sont les opportunités de jeu. Après, évidemment vient l'argent, ou les trophées, ou parfois on peut aligner les deux. Mais en tant que jeune, c'est le temps de jeu qui compte. Le reste va suivre." Une réponse dans l'esprit du projet anderlechtois. "Il n'y a pas beaucoup de clubs en Europe qui intègrent des jeunes dans leur noyau comme nous, qui ont cette idée et... cette nécessité aussi", précise Kompany.

Avec une équipe rajeunie (moyenne d'âge abaissée de trois ans en trois matches !), Anderlecht pourra-t-il estimer que sa saison est réussie en accrochant la troisième place ? "Il faut être honnête", avoue Kompany : "la saison est déjà réussie. Une finale de Coupe de Belgique, une quatrième place en phase classique décrochée pour atteindre les playoffs... Vu le contexte et la situation, on est sur le bon chemin. Regardez l'évolution de Kana et Arnstad. On accepte que les fans aimeraient qu'on gagne plus, mais c'est la réalité du moment. Dans notre mentalité à nous, on veut gagner tous les matches, contre n'importe qui. Et à domicile, j'espère à chaque fois qu'on réussira à enflammer le stade. Réussir à avoir un stade prêt à soutenir les joueurs jusqu'au bout et des joueurs qui le rendent aux supporters. Et à l'extérieur, mon idéal c'est qu'on joue comme à domicile. La troisième ou la quatrième place, peu importe. La culture c'est de gagner et le mieux serait de gagner les trois prochains matches."

L'ordre de mission est relativement clair avant de recevoir l'Antwerp. 

Sur le même sujet

Erling Haaland en visite (médicale) à Bruxelles : le coup de main d'Anderlecht et de Kompany à Manchester City

Premier League - Football

Anderlecht offre un premier contrat à Amando Lapage, le petit-fils de Paul Van Himst

Jupiler Pro League

Articles recommandés pour vous