Jupiler Pro League

Vincent Kompany avant l’Antwerp, sur l'irruption du Président Gheysens au vestiaire: "Si notre football était parfait, toute l’Europe nous copierait… "

Vincent Kompany avant l’Antwerp, sur l'irruption du Président Gheysens au vestiaire: "Si notre football était parfait, toute l’Europe nous copierait… "

C’est déjà une préface des Champions Play-Offs à venir : dimanche après-midi, Anderlecht accueille l’Antwerp pour des retrouvailles qui sentiront la revanche. Le 7 novembre, le Sporting mordait la poussière au Bosuil (2-0) : depuis ce jour, les Mauves n’ont plus subi que deux défaites, face au Cercle et à l’Union St-Gilloise.

Ce revers au Bosuil a été un match-déclic : on veut prouver dimanche qu’on n’est plus la même équipe qu’au match aller " a expliqué Vincent Kompany cet après-midi en conférence de presse. " Depuis ce match, on a finalisé nos automatismes et j’ai hâte de voir dimanche mes joueurs faire parler leurs pieds. On va jouer devant un stade comble et ce 12e homme est important pour nous faire nous dépasser : qu’il fasse du bruit dimanche ! On présente souvent l’Antwerp comme une équipe physique… Mais c’est aussi une équipe qui produit du jeu et qui compte des joueurs expérimentés capables de faire la différence et animés de la rage de gagner. C’est aussi une équipe très efficace (NDLA : l’Antwerp compte au classement… 16 points de plus que son total d’expected-goals lui promettait), dont le gardien fait une saison exceptionnelle et qui n’a besoin que peu d’occasions pour marquer. Les X-goals, on peut aussi les voir de manière très positive… "

"En Belgique, tout est plus émotionnel…"

Habituée depuis des lustres à être une pétaudière, la maison mauve apparaît fort calme en regard du Great Old, où le coach Brian Priske est sur la sellette. Surtout après le coup de gueule du Président anversois Paul Gheysens, à la mi-temps du derby anversois.

Vincent Kompany avant l’Antwerp, sur l'irruption du Président Gheysens au vestiaire: "Si notre football était parfait, toute l’Europe nous copierait… "
Vincent Kompany avant l’Antwerp, sur l'irruption du Président Gheysens au vestiaire: "Si notre football était parfait, toute l’Europe nous copierait… " BELGA

Je ne juge pas, j’observe… " reprend Kompany. " Je constate simplement que des choses pareilles n’arrivent qu’en Belgique : j’ai joué dans de grands pays comme l’Angleterre et l’Allemagne, je regarde les championnats espagnols, italiens, néerlandais et même danois… et partout, on laisse l’émotion aux seuls supporters. Tout cela porte à réflexion : si le football belge était parfait, on le copierait dans toute l’Europe… En Belgique, tout est plus émotionnel… et pour vous journalistes, c’est évidemment du pain béni. (clin d’œil) Moi, je reste calme… et le Sporting avec moi. Vu la situation financière de notre club, on est d’ailleurs obligé : on ne gagne des titres, juste parce qu’on le clame haut et fort… Ou alors on devrait dépenser des millions tout de suite ! Nous, on travaille en coulisses, avec méthode et sur les détails… "

"Si on laisse les comptables décider du sportif..."

Face à l’Antwerp dimanche, le coach mauve devra trouver des solutions pour son arrière-garde : Wesley Hoedt est suspendu, Hannes Delcroix et Zeno Debast ne sont pas opérationnels. De quoi relancer la question du statut de jeunes promesses comme Killian Sardella et Marco Kana

Vincent Kompany avant l’Antwerp, sur l'irruption du Président Gheysens au vestiaire: "Si notre football était parfait, toute l’Europe nous copierait… "
Vincent Kompany avant l’Antwerp, sur l'irruption du Président Gheysens au vestiaire: "Si notre football était parfait, toute l’Europe nous copierait… " BELGA

J’ai toute confiance en mes joueurs disponibles pour combler les absences. Mais cela repose la problématique du nombre de joueurs qu’on peut mettre sur une feuille de match (NDLA : avec le Covid, le nombre de changements possibles en cours de match est passé de 3 à 5… mais les places sur le banc sont restées limitées à 7 joueurs). Je le répète : avoir 18 joueurs sur une feuille de match n’est pas suffisant… mais on m’a répondu que si on élargissait le banc, il faudrait payer plus de primes ! C’est complètement faux : avec plus de joueurs passibles de monter au jeu, on crée justement de la valeur ! Mais pour cela, il faut voir les choses comme un investisseur… et pas comme un comptable. Toute l’Europe a franchi ce pas… sauf la Belgique ! Chez nous, on ne fait qu’épargner et on n’investit pas… Si ce sont les comptables qui décident du sportif, on ne mettra bientôt plus que deux joueurs sur le banc, et ça coûtera moins cher… "

Articles recommandés pour vous