Violences en Martinique : au moins dix personnes interpellées, selon Darmanin

© AFP or licensors

26 nov. 2021 à 11:24Temps de lecture1 min
Par Belga

Au moins dix personnes ont été interpellées en lien avec les violences qui ont perturbé la Martinique dans la nuit de jeudi à vendredi, notamment des tirs visant des journalistes et des policiers, a appris l'AFP auprès de l'entourage du ministre de l'Intérieur.

Il s'agit d'un bilan provisoire qui pourrait être amené à évoluer, a-t-on précisé de même source.

Un policier a été blessé au bras vendredi par des tirs provenant d'un barrage érigé à Fort-de-France, tandis qu'un autre a reçu un impact qui s'est logé dans son gilet pare-balles, selon une source policière.

Le Raid est en cours d'intervention 

Quatre journalistes français, dont un photographe de l'AFP, ont par ailleurs essuyé trois tirs de la part d'hommes circulant en moto dans une rue déserte de Fort-de-France, alors qu'ils étaient en train de filmer et de prendre des photos à distance d'un barrage en feu.

"Je leur apporte mon entier soutien. Tout est mis en oeuvre pour retrouver les responsables", a indiqué Gérald Darmanin sur Twitter, ajoutant que 10 personnes avaient été interpellées.


►►► À lire aussi : Antilles françaises : la contestation continue en attendant des consultations, la Martinique instaure un couvre-feu


 

La Guadeloupe et la Martinique connaissent un important mouvement de contestation, né du refus de l'obligation vaccinale pour les soignants et les pompiers, qui a dégénéré en crise sociale, révélant les attentes d'une population où beaucoup vivent sous le seuil de pauvreté et où le chômage des jeunes explose.

De son côté, le secrétaire général de Reporters Sans Frontières (RSF) a demandé que les journalistes soient davantage "protégés". 

"Il est tragique de constater que des journalistes sont des cibles sur le territoire national, comme ils peuvent l'être sur des terrains de guerre. Continuons comme ça et cela va très mal finir", a déclaré Christophe Deloire à l'AFP.

"Les enjeux sur l'île sont sécuritaires, sanitaires, sociaux et économiques, et dorénavant liés à la protection des journalistes. Ces derniers doivent être protégés afin de remplir leur fonction sociale d'informer. La meilleure protection, ce sera l'arrestation rapide et la condamnation des auteurs", a-t-il ajouté.

 

Sur le même sujet

Martinique : la Montagne Pelée sous surveillance, 120 ans après son éruption meurtrière

Monde Europe

Darmanin "regrette" d'avoir "offensé" une journaliste mais se défend de misogynie

Monde Europe

Articles recommandés pour vous