Regions Liège

Vis mon handicap pour mieux me comprendre, à l’école communale de Francorchamps

Les enfants ont pu tester la réalité du handicap.

© RTBF - Olivier Thunus

Se rendre compte des difficultés rencontrées par les personnes ayant un handicap, c’est ce qu’ont pu expérimenter les élèves de l’école communale de Francorchamps. Avec l’aide de l’asbl Alteo et de la Commission des personnes à besoins spécifiques de Stavelot, ils ont pu tester des déplacements en chaise roulante et se mettre en situation de handicap visuel. Pour beaucoup d’entre eux, c’était une vraie prise de conscience.

Quitter le trottoir pour traverser la route n’est pas toujours une sinécure.
Quitter le trottoir pour traverser la route n’est pas toujours une sinécure. © RTBF – Olivier Thunus

Quand la bordure est trop haute, il faut se mettre en arrière et descendre jusqu’en bas ". D’emblée, les enfants qui se présentent devant le passage pour piétons reçoivent les instructions d’un chaisard. A leur tour ensuite d’essayer : " Ce n’est pas facile. Il faut soulever le poids de la personne et de la chaise ", constate Achille. " C’est un peu dur parce qu’on peut faire tomber la chaise roulante ", ajoute Nolan. " J’avais déjà vu des personnes être en chaise roulante mais je ne m’étais pas dit que c’était difficile pour elles. Maintenant, je vais me dire que oui, c’est vrai, il y a des personnes qui ont plus dur que nous ", précise encore Lilou.

Mieux comprendre le handicap en le vivant, c’est l’objectif de ce type de journée : " L’objectif, c’est qu’ils puissent rencontrer des personnes avec différents types de handicap, se mettre dans leur peau et expérimenter par eux-mêmes ce que c’est que de vivre avec un handicap. Ça permet vraiment un vrai échange et il y a une belle curiosité des enfants ", précise Baptiste Torrekens, animateur d’Alteo Verviers.

Se faire une simple tartine de chocolat, pour un malvoyant, n’est pas nécessairement facile.
Se faire une simple tartine de chocolat, pour un malvoyant, n’est pas nécessairement facile. © RTBF – Olivier Thunus

Dans un autre atelier, c’est le handicap visuel que les enfants ont pu tester : " Je viens de me faire une tartine au chocolat avec les yeux bandés et j’en ai plein les doigts ", reconnaît Romain. " J’ai senti que j’en avais sur les doigts. Ce n’est pas facile ", confirme Lena.

Pas facile non plus, reconnaître les pièces de monnaie : " Quand on connaît les points de repère ça va encore. Sur le côté des pièces, il y a des genres de petites lignes. La vie des malvoyants n’a pas l’air facile mais je ne m’imaginais pas que c’était à ce point-là ", conclut Noah. Une vraie prise de conscience, donc.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous