RTBFPasser au contenu
Rechercher

Monde

Visite de Nancy Pelosi à Taïwan : la Chine dit mettre fin à la coopération avec les États-Unis sur plusieurs dossiers

05 août 2022 à 10:09 - mise à jour 08 août 2022 à 11:20Temps de lecture2 min
Par Belga, édité par A. Gordillo et A. Louvigny

La Chine a annoncé vendredi mettre fin à la coopération avec les États-Unis sur plusieurs dossiers après la visite cette semaine à Taïwan de Nancy Pelosi, présidente américaine de la Chambre des représentants. Par sa visite, Mme Pelosi s’est "gravement ingérée dans les affaires intérieures de la Chine et a porté atteinte à sa souveraineté et à son intégrité territoriale", a indiqué le ministère des Affaires étrangères, sans donner de détails sur ces sanctions.

La Chine va "suspendre les négociations sino-américaines sur le changement climatique" et annuler un entretien entre les dirigeants militaires ainsi que deux réunions sur la sécurité, a déclaré le ministère chinois des Affaires étrangères, invoquant le "mépris" dont a fait preuve Mme "Pelosi quant à la forte opposition de la Chine" à sa visite à Taïwan.

Parmi les autres mesures annoncées vendredi, le ministère des Affaires étrangères a annoncé suspendre la coopération avec Washington sur le rapatriement des migrants illégaux, ainsi qu'en matière de justice, de criminalité transnationale et de lutte anti-drogues.

Le pays a également annoncé plus tôt vouloir "imposer des sanctions" à la cheffe des députés américains Nancy Pelosi et à sa "famille proche".

Ces dernières années, la Chine a imposé des sanctions à de nombreux représentants américains pour avoir agi, selon elle, contre ses intérêts et s’être exprimé sur les droits humains concernant Hong Kong et le Xinjiang (nord-ouest), parfois sans spécifier la nature de ces sanctions.

Loading...

En mars, Pékin avait appliqué des restrictions de visas à une liste non publique de fonctionnaires américains qui auraient "inventé des mensonges sur des questions de droits humains impliquant la Chine". L’ex-secrétaire d’État américain Mike Pompeo, ainsi que Peter Navarro, qui avait été conseiller commercial auprès de Donald Trump, ont eux aussi été sanctionnés par le passé : ils ont interdiction d’entrer en Chine ou de faire des affaires avec des entreprises chinoises.

La Chine, qui considère Taïwan comme partie intégrante de son territoire, a lancé jeudi, en réaction à la visite de Mme Pelosi, les plus importants exercices militaires de son histoire autour de l’île, qui vont durer jusqu’à dimanche.

Pékin considère l'île comme une partie de son territoire à réunifier, par la force si nécessaire, et a plusieurs fois mis en garde Washington contre une visite de la haute responsable, vécue comme une provocation majeure. De leur côté, les États-Unis pratiquent à l'égard de Taïwan une diplomatie dite d'"ambiguïté stratégique", consistant à ne reconnaître qu'un seul gouvernement chinois, celui de Pékin, tout en continuant à apporter un soutien décisif à Taipei mais en s'abstenant de dire s'ils défendraient ou non militairement l'île en cas d'invasion.

Taïwan: sujet JT du 05/08/2022

Sur le même sujet

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken rencontre son homologue chinois, avec la crise de Taïwan en toile de fond

Monde

Une première aide militaire directe de Washington à Taïwan franchit une étape clé au Congrès

Monde

Articles recommandés pour vous