Tendances Première

Vive les vacances ! Trois livres jeunesse, trois genres, trois sujets pour voyager cet été

Tendances Première : Les Tribus

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Que glisser dans nos valises pour que nos enfants et ados passent un bon été ? Des livres bien sûr ! Et notamment des livres familiaux pour que toute la famille puisse s’y mettre. La littérature ouvre des portes. Les coups de coeur de Déborah Danblon.

Nos étés sauvages

Marie Boulic publie 'Nos étés sauvages' aux Éditions Thierry Magnier.

Nine et Maï sont copines depuis toutes petites et passent tous leurs étés ensemble sur une petite île bretonne. Elles sont passionnées de nage en eau libre et se lancent des défis pour se dépasser.

Cet été, elles ont dix-sept ans et les retrouvailles ne se passent pas comme d’habitude. On sent qu’il s’est passé quelque chose cette année-là, qu’on va découvrir au fil du roman, en lien avec la natation et dans cet esprit 't’es cap ou t’es pas cap'.

Maï lance le défi de nager jusqu’à l’Île du Chien. Mais pour Nine, dont on sait qu’elle a traversé quelque chose et qu’elle n’est pas bien dans sa peau, ce défi n’est peut-être pas ce qu’il lui faut ? Ou peut-être, au contraire, est-ce ce qu’il lui faut ? Cela pose la question : quand quelqu’un n’est pas bien, faut-il le protéger ou le stimuler ?

Un premier roman très bien écrit, avec de vrais personnages. Un livre très bien construit, avec un voyage sur la ligne du temps, où l’on explore les difficultés de l’adolescence et des premières histoires d’amour, et en trame, les difficultés de la famille.

Le doux murmure du tueur

Nadine Monfils propose Le doux murmure du tueur – Éditions Mijade

Jack a 15 ans. Il est amoureux de Nina, qui ne lui rend pas du tout. Elle est amoureuse d’un mystérieux inconnu. Mais Jack reste obnubilé par Nina.

Il rencontre une voisine un peu sorcière, qui lui confie un grimoire magique. Il bascule alors dans des rêves effrayants, peut-être prémonitoires ? Il a ainsi la vision de Nina, portant des jolis souliers rouges, avec un joli ruban rouge autour de la taille, mais dans un rêve terrifiant. Son trouble augmente encore lorsque Nina arrive à l’école avec de nouvelles ballerines rouges…

Jack se dit qu’il y a peut-être là une porte ouverte vers sa belle, qu’il doit protéger.

On est dans du Nadine Monfils pur jus, foutraque et géniale, un peu comme dans sa super série sur Georgette et Magritte. Ça part dans tous les sens, avec du fantastique, beaucoup de suspense, de la frayeur, de vrais personnages.

"Et il y a son écriture inimitable, un mélange de parler populaire, de langage soutenu, d’allusions qui demandent des notes en bas de page, d’allusions qui parlent aux jeunes, de références à des livres et à des films qui parlent aux adultes."

Un livre palpitant qui plaira autant aux ados qu’aux adultes et qui pose plein de questions : les relations amoureuses compliquées, la menace que représentent certains adultes, l’enfance maltraitée, les familles toxiques…

Immenses sont leurs ailes

Muriel Szac publie Immenses sont leurs ailes, illustré par Nathalie Novi, aux Editions Bruno Doucey. Un livre couronné par le Bologna Ragazzi Award Poetry 2022 (prix de la Foire internationale du livre de jeunesse de Bologne).

"C’est un livre de poésie, parce qu’en vacances, on a le temps de se poser et de lire de la poésie. On peut la lire en famille, tous ensemble."

Hala et Haïssam, sont frère et soeur en Syrie. Puis arrivent les bombes et la vie bascule. Le livre est terrifiant mais, en même temps, très doux, parce qu’immenses sont leurs ailes ! Envers et contre tout, les enfants continuent à vouloir rêver, à vouloir voler, à vouloir exister.

Les dessins représentent ces enfants de Syrie que Nathalie Novi peint depuis des années, dans l’espoir de leur rendre le soleil que la vie leur a volé et pour qu’ils continuent à exister.

"Je mesure plus la terreur de ce qui se passe en Syrie en voyant ces visages d’enfants et en lisant les mots de Muriel Szac. Et en même temps, ce n’est pas horrible, on peut le lire en vacances. C’est un voyage et c’est une implication", souligne Déborah Danblon.

Dans ce livre, on a la terreur, l’angoisse, le désespoir, mais en même temps, il y a cet espoir. Ce sont des enfants, et il n’y a pas de résignation. C’est un message magnifique qui invite les adultes et les ados à réfléchir.

Sur le même sujet

Les enfants qui lisent des livres papier obtiennent des meilleurs résultats aux tests de lecture: aussi une question socio-économique

Vie pratique

Une amitié entre une princesse et un crapaud, ou celle entre une poule et un petit garçon… Elles sont à découvrir dans ces albums

Sous couverture

Articles recommandés pour vous