Monde

Vladimir Poutine reconnaît l’indépendance des deux régions séparatistes pro-russes en Ukraine et ordonne à son armée d'entrer dans ces territoires

© © Tous droits réservés

21 févr. 2022 à 19:29 - mise à jour 21 févr. 2022 à 19:52Temps de lecture4 min
Par A.T, L.R. avec agences

Depuis plusieurs jours, les annonces parfois contradictoires concernant les tensions entre la Russie et l’Ukraine s’enchaînent. Mais l’allocution de Vladimir Poutine de ce soir sur la chaîne d’État a le mérite d’être claire : la Fédération russe reconnaît l’indépendance des deux régions séparatistes pro-russes de l’est de l’Ukraine, a-t-il déclaré dans une allocution qui a duré plus d'une heure. 

Quelques heures plus tard, il a ordonné à son armée d'entrer dans les territoires séparatistes dans l'Est de l'Ukraine après avoir reconnu leur indépendance, une décision qui pourrait entraîner une guerre avec Kiev. Les deux décrets du président russe reconnaissant les "républiques populaires" de Donetsk et Lougansk, demandent au ministère de la Défense que "les forces armées de la Russie (assument) les fonctions de maintien de la paix" dans ces régions.

Le nouveau traité établi entre la Russie et les territoires séparatistes de Donetsk et de Lougansk en Ukraine autorise la fédération russe d'établir et opérer ses propres bases militaires dans l'est de l'Ukraine. L'accord, rendu public sur le site internet de la Douma, fait aussi référence à une protection conjointe des frontières. Le traité porte sur 10 ans, avec la possibilité d'une reconduction automatique. 

Un très long discours

Vladimir Poutine a démarré son discours un peu après 19h30, heure belge. Dans le début de son discours, le président russe a évoqué quelques aspects historiques. Voici quelques citations traduites par nos confrères de CNN :

"Commençons par le fait que l'Ukraine moderne a été entièrement créée par la Russie, plus précisément par la Russie bolchévique, communiste. Ce processus a commencé presque immédiatement après la révolution de 1917 ".

"À la veille et après la Seconde Guerre mondiale, Staline a déjà annexé à l'URSS et transféré à l'Ukraine certaines territoires qui appartenaient auparavant à la Pologne, à la Roumanie et à la Hongrie".

"Et en 1954, pour une raison quelconque, Khrouchtchev a pris la Crimée de la Russie pour la donner à l'Ukraine. En fait, c'est ainsi que le territoire de l'Ukraine soviétique a été formé".

À la suite de ce discours, la télévision russe a montré Vladimir Poutine en train de signer un décret reconnaissant l'indépendance des "républiques populaires" autoproclamées de Donetsk et de Louhansk. Il a également annoncé signer des accords "d'amitié et entraide" avec les territoires qu'il a reconnus. 

"Je juge nécessaire de prendre cette décision qui était mûre depuis longtemps: immédiatement reconnaître l'indépendance de la République populaire de Donetsk et de la République populaire de Lougansk", a-t-il dit dans une allocution télévisée, demandant au Parlement russe "d'approuver cette décision puis de ratifier les accords d'amitié et d'entraide avec les deux républiques"

Le président russe a aussi intimé à l'Ukraine de cesser immédiatement "ses opérations militaires" contre les séparatistes ou d'assumer "la responsabilité de la poursuite de l'effusion de sang". Poutine a décrit l'Ukraine comme un État créé par la Russie sous le règne du dirigeant communiste Lénine. L'Ukraine, a poursuivi Poutine, n'a jamais eu de "véritable État", mais a plutôt copié des modèles pour créer un État-nation. 

La décision de M. Poutine intervient à l'issue d'une folle journée qui a vu Moscou multiplier les accusations contre l'Ukraine, comme la destruction d'un poste-frontalier par l'artillerie ukrainienne ou l'infiltration d'une équipe de "saboteurs" donc cinq membres auraient été tués.

Kiev a démenti en bloc ces affirmations qui, pour les Occidentaux, font partie des efforts de Moscou visant à créer un prétexte à une intervention militaire.

Emmanuel Macron convoque un conseil de défense et de sécurité nationale

"Un décret en ce sens sera signé sous peu", a indiqué la présidence russe. Selon la même source, Vladimir Poutine a informé de cette décision son homologue français Emmanuel Macron et le chancelier allemand Olaf Scholz, médiateurs dans le conflit de l’est ukrainien, et ceux-ci ont, selon le Kremlin, "exprimé leur déception".

Le président français Emmanuel Macron a convoqué ce lundi un conseil de défense et de sécurité nationale sur la situation en Ukraine et en Russie, a annoncé l’Elysée.

Le chef de l’Etat français s’était par ailleurs de nouveau entretenu lundi avec les présidents russe Vladimir Poutine et ukrainien Volodymyr Zelensky, ainsi qu’avec le chancelier allemand Olaf Scholz à deux reprises, et les responsables européens Charles Michel et Ursula Von der Leyen, a précisé la présidence française.

Processus de paix moribond

Ce lundi, les dirigeants des deux territoires aux mains des rebelles prorusses dans l’est de l’Ukraine, ceux de Donetsk et de Lougansk, l’avaient appelé à reconnaître leur indépendance et à mettre en place une "coopération en matière de défense".

Une telle reconnaissance marquerait la fin d’un processus de paix moribond et la Russie prendrait officiellement sous son aile les régions concernées, dont elle est déjà, de fait, le parrain militaire et financier.

Elle pourrait aussi permettre à Moscou d’y déployer des troupes à la demande des autorités locales et au nom de la protection des citoyens russes y habitant. La Russie a en effet distribué des passeports par centaines de milliers dans l’Est ukrainien.

Sanctions européennes

Josep Borrell, le chef de la diplomatie européenne, a indiqué pour sa part que l’UE était prête à actionner des sanctions si Moscou décidait de reconnaitre l’indépendance des régions séparatistes de l’est de l’Ukraine et appelle le président Poutine à ne pas les reconnaitre.

"Nous partons du principe que le président Poutine ne le fera pas, mais s’il le fait, alors je mettrai le paquet de sanctions sur la table des ministres" européens, a averti Josep Borrell à l’issue d’une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’UE à Bruxelles.

Sur le même sujet

Guerre en Ukraine : les séparatistes de Donetsk mettent fin à leur mobilisation militaire

Monde

Ukraine : les Russes entrent dans le Donbass "avec un statut complètement faux", selon le spécialiste Federico Santopinto (analyse)

Monde

Articles recommandés pour vous