Volet belge des attentats à Paris : le règlement de procédure dans le dossier "Paris bis" débute mardi

Volet belge des attentats à Paris : le règlement de procédure dans le dossier "Paris bis" débute mardi

© BENOIT PEYRUCQ - AFP

29 janv. 2021 à 09:29Temps de lecture3 min
Par Belga

Les débats concernant le sort à réserver au dossier "Paris bis" se tiendront mardi, et se prolongeront éventuellement mercredi, devant la chambre du conseil de Bruxelles. Les audiences se dérouleront au Justitia, sur l’ancien site de l’Otan à Haren. Vingt personnes sont inculpées pour avoir apporté une aide aux auteurs des attentats à Paris en novembre 2015.

Le parquet fédéral souhaite que douze inculpés soient renvoyés en correctionnelle pour répondre de participation aux activités d’un groupe terroriste, et que deux autres y soient renvoyés pour répondre d’infractions relatives à des armes et à des faux en écriture.

Le parquet requiert par ailleurs une disjonction des poursuites en vue de les joindre à un autre dossier pour un inculpé, et pour les cinq autres un non-lieu.

►►►A lire aussi : Bruxelles : l’ancien siège de l’Otan, futur "Justitia", construit sans permis d’urbanisme

Les individus concernés sont suspectés d’avoir, par un acte quelconque, même minime, participé aux attentats commis sur le sol français en novembre 2015. Notamment d’avoir véhiculé vers l’aéroport un terroriste en partance vers la Syrie pour rejoindre l’État Islamique (EI), d’avoir caché l’un des auteurs présumés après les attentats ou d’avoir fourni ou fabriqué des faux documents d’identité.

L’enquête qui a abouti à l’identification de cette vingtaine de suspects a été menée par le parquet fédéral belge, et est périphérique au dossier principal des attentats à Paris, instruit en France.

Les inculpés

Parmi les inculpés figure Samy Djedou, supposé mort en Syrie, tué par un tir de drone le 4 décembre 2016 à Raqqa. Il était parti en 2013 pour rejoindre les rangs de l’EI sous le nom d'"Abou Moussab". Un 'returnee' belge aurait déclaré à la justice que l’homme occupait d’importantes fonctions au sein du groupe, où il était notamment chargé du recrutement de terroristes en vue de commettre des attentats sur le sol européen. Samy Djedou aurait ainsi été en contact étroit avec Oussama Atar, considéré comme l’un des cerveaux des attentats à Paris et à Bruxelles.

Les frères Ayoub et Youssef Bazarouj sont également inculpés. Le second serait également mort en Syrie, où il avait rejoint les rangs de groupes islamistes radicaux en 2014. Il y serait devenu le bras droit d’Oussama Atar et d’Abdelhamid Abaaoud, lui aussi considéré comme l’un des cerveaux des attentats à Paris, et abattu le 18 novembre 2015 à Saint-Denis.

Dans la liste figurent encore Mohamed Rabhioui et Soufiane Al Aroub, des proches de Mohamed Abrini, ainsi que le petit frère de ce dernier, Ibrahim.

Abdoullah Courkzine a lui été en contact avec la cousine d’Abdelhamid Abaaoud, tandis que Zakaria Jaffal, proche d’Abaaoud également, avait été localisé près de plusieurs planques utilisées par les auteurs des attentats du 13 novembre 2015.

Abid Aberkane, de son côté, avait hébergé Salah Abdeslam lorsque ce dernier a réussi à échapper à la police le 15 mars 2016, après le siège de la rue du Dries à Forest, où il se cachait avec Sofien Ayari et Mohamed Belkaïd.

Enfin, outre Rafik El Hassanis, sont aussi inculpés Smaïl Farisi et Youssef El Ajmi, déjà poursuivis dans le dossier des attentats de Bruxelles. La chambre du conseil s’est prononcée, le 5 janvier dernier, en faveur du renvoi aux assises pour le premier et d’un non-lieu pour le second.

13 novembre 2015

Le 13 novembre 2015, trois commandos de neuf hommes lourdement armés ont commis des attentats à divers endroits à Paris. Une enquête judiciaire d’envergure a été ouverte en France, mais aussi en Belgique car il est apparu très rapidement que les auteurs des attaques étaient partis de Bruxelles.

Dans le cadre de cette enquête belge, plusieurs suspects ont été identifiés et arrêtés. Les plus importants d’entre eux ont été remis aux autorités judiciaires françaises et seront jugés en France pour leur rôle dans les attentats, dès le 8 septembre 2021.

Les autres seront jugés en Belgique, à Bruxelles, pour avoir apporté une aide aux auteurs des attentats.

Attentats Paris 2015 / La carte didentité des assaillants

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Recevez une fois par jour l'essentiel de l'info

Chaque matin vers 10h (du lundi au vendredi), recevez un condensé des principaux titres de la rédaction web de la RTBF. Et en cas d’événement majeur, soyez les premiers informés par nos newsletters flash.

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous