RTBFPasser au contenu
Rechercher

L'odyssée

Voyage musical à travers l’histoire du tango

Voyage musical à travers l’histoire du tango
11 mars 2021 à 13:25Temps de lecture3 min
Par Vincent Delbushaye

À l’occasion du centenaire d’Astor Piazzola, Vincent Delbushaye retrace l’histoire du style musical qu’il a rendu célèbre, dont il a même participé au renouveau, le Tango.

À lire aussi : Long format, "Le fabuleux destin du tango"

Le Tango, c’est tout d’abord une danse, puis une musique, puis une musique chantée, puis le genre multi-développé qu’on connaît aujourd’hui. Et cette danse est donc apparue à la fin du XIXe siècle dans le Rio de la Plata, entre l’Argentine et l’Uruguay. C’est à l’époque un lieu d’immigration intense et de mélange des populations, vous savez qu’on dit parfois que "Les Mexicains descendent des Aztèques, Les Péruviens descendent des Incas, et que les Argentins, eux, descendent… des bateaux !", comme pour souligner l’extraordinaire brassage de populations, on vient d’Europe, mais aussi d’Afrique noire, avec les esclavages, et tout ce petit monde s’entrechoque sur ce petit coin d’Amérique du Sud. Le mot tango est d’ailleurs originaire d’Afrique. Quand les esclaves noirs finissaient de travailler, ils criaient " Tango ! " et se mettaient à danser. Et le mot est resté.

Et lorsqu’on parle de tango, on pense souvent à La Cumparsita. Le nom ne vous dit rien ? Attendez un peu d’écouter…

Loading...

La Cumparsita est l’un des plus célèbres tangos, originaire d’Uruguay, pays voisin de l’Argentine. Et c’est donc à la jonction entre les deux qu’est né le tango, fruit, on l’a dit, d’un incroyable mélange de culture. "Une rythmique afro, des musiciens italiens jouant sur des instruments allemands des mélodies d’Europe de l’Est avec des paroles qui viennent des zarzuelas espagnoles." Voilà comment l’auteur Michel Plisson qualifiait le tango. Rythmiquement, c’est une danse qui est directement d’une autre danse, née pas très loin de là, d’ailleurs, à la Havane, c’est la Habanera, dont le rythme ressemble à ceci.

Alain Planès au piano dans la Habanera d’Emmanuel Chabrier

Loading...

La habanera qui inspirera par la suite le tango. Il faut savoir qu’initialement, le tango se dansait en couple, et pas toujours entre deux partenaires de sexe différent. Fin XIXe à Buenos Aires, il y avait beaucoup plus d’hommes que de femmes, il n’était donc pas rare de voir deux hommes s’entraîner ensemble à danser le tango, accompagnés initialement par la guitare ou la flûte, ça n’est que dans un deuxième temps qu’on utilisera le bandonéon qui donne aujourd’hui au tango cette sonorité si particulière. Si le tango se danse, le tango va un jour être chanté aussi, et ça, c’est grâce au chanteur argentin Carlos Gardel, c’est vraiment à partir de lui que le tango va aussi se parer de mots…

Loading...

L’émergence du tango en Argentine va peut-être faire des envieux, pas très loin au Nord, au Brésil, 20 ans plus tard, on commence aussi à mélanger les genres : un peu de samba, un peu de jazz léger et hop, un nouveau style est créé, c’est la Bossa Nova.

Loading...

The Girl from Ipanema, de et avec Antonio Carlos Jobim, Gilberto Gil, Stan Getz et Astrud Gilberto.

Le tango a bien sûr évolué au fil des décennies pour donner naissance à ce qu’on a appelé le Nuevo Tango, clairement initié par Astor Piazzola, qui a commencé à introduire dans cette musique de nouveaux instruments comme le saxophone et la guitare électrique, par exemple, mais aussi de nouvelles structures harmoniques qui rompaient un peu avec le style traditionnel du tango. Et comment lui est venue cette idée, et bien sans doute au contact de sa professeure Nadia Boulanger, pas très convaincue par sa musique néo-classique, mais subjuguée par contre par son tango. C’est elle qui lui suggérera d’inclure le tango dans ses recherches de musique contemporaine. Et c’est ainsi que naîtra la particularité de la musique de Piazzolla : profondément argentine dans l’essence de tango, bien sûr, mais aussi profondément ancrée dans la tradition classique et contemporaine d’Europe.

À écouter aussi : Astor Piazzolla : le père du tango nuevo

Loading...
Loading...

Triunfal est en fait le morceau qu’avait joué Piazzolla à sa professeure Nadia Boulanger et qui avait fini de la convaincre qu’il y avait là une véritable opportunité pour le compositeur. Un peu avant que Piazzolla ne révolutionne le tango, ce genre de musique était évidemment très répandu sur le sol américain. En 1940, Stravinsky est à Hollywood pour tenter de se refaire une santé financière, et il va pas mal accrocher avec cette rythmique typique du tango. C’est pour ça qu’on retrouve un peu plus tard, dans le répertoire du russe Stravinsky, ce Tango, assez éloigné de la musique russe, il faut le dire.

Loading...

On a déjà évoqué le rythme d’Habanera qui avait fortement inspiré le tango, Piazzola, lui va carrément inventer un autre rythme, un autre gimmick indissociable du tango aujourd’hui, deux noires pointées, suivies d’une noire, c’est-à-dire 3 temps marqués sur une mesure qui en compte 4.

Astor Piazzolla, "Revolucionario"

Loading...

On a évoqué les origines du tango, il faut savoir qu’Astor Piazzola s’était déjà penché sur le sujet, lui aussi, en musique avec son Histoire du Tango. 4 étapes et 4 lieux différents pour illustrer l’histoire de cette danse argentine. On ira dans un Café en 1930, dans un Night-club en 1960 et puis dans un Concert d’aujourd’hui, mais tout ça commence, ben là où ça a vraiment commencé, dans un bordel en 1900.

Loading...

Une thématique préparée par Pierre Solot.

Sur le même sujet

L’Argentine aux quatre points cardinaux, toutes les fusions musicales du pays dans la Playlist de la Dolce Vita

Playlists Dolce Vita

L’Histoire de la sérénade, ça se raconte en musique

L'odyssée

Articles recommandés pour vous