Cuisine

Vrai ou faux sur les alternatives végétales à la viande

Vrai ou faux sur les alternatives végétales à la viande.

© Rocky89

A l'horizon 2029, le marché des steaks végétaux devrait bondir de plus de 11% pour peser 12 milliards de dollars. Il ne se passe pas un jour sans que l'industrie agro-alimentaire ne s'enrichisse d'une nouvelle référence d'aliment sans protéine animale. Un succès qui n'est pourtant pas celui que l'on croit...

Les alternatives végétales sont encore loin de faire l'unanimité - VRAI

Les consommateurs nés après la Seconde Guerre mondiale et jusqu'en 1965 (ceux que les plus jeunes appellent les "boomers") ne représentent pas la catégorie la plus séduite par ce type d'aliments. La Gen Z, c'est-à-dire celle qui est née à la fin des années 90, mais aussi les millénnials, c'est-à-dire les consommateurs nés entre le début des années 80 et le milieu des années 90, constituent le profil des consommateurs les plus enclins à acheter des protéines végétales. C'est l'un des points clés d'un rapport de la Food Industry Association (FIA) élaboré aux côtés du cabinet de data NielsenIQ, et publié il y a quelques jours.

Cela ne signifie pas pour autant que les steaks de soja et le lait d'amande sont désormais intégrés dans les habitudes d'achat.

Au contraire, seule la moitié des consommateurs interrogés par ce vaste rapport, toutes catégories confondues, s'est dite ouverte à l'expérience gustative de ces nouveaux aliments. Au final, ceux qui en mangent régulièrement ne représentent que 12% et 17% disent en consommer occasionnellement.

Steaks de pois, lait d'avoine et yaourts au soja ne séduisent que les végans - FAUX

Si elles sont de parfaites alliées pour éviter toute protéine animale quand on observe un régime végan, les alternatives végétales sont en réalité choisies avant tout pour des raisons de santé.

La majorité des consommateurs (aux Etats-Unis) choisissent ce type d'alimentation pour préserver leur bien-être nutritionnel.

Ces alternatives végétales ne sont associées aux mouvements végétarien ou végan que dans un deuxième temps.

D'ailleurs, leur consommation a été propulsée au moment de la crise sanitaire :

  • 31% préféraient acheter ces produits alimentaires parce qu'ils jugeaient cette nourriture intéressante pour leur santé ;
  • 27% des répondants avaient décidé de choisir avec soin ce qu'ils achetaient en magasin pour faire attention à leur cœur ;
  • 31% étaient à la recherche de solutions nutritives riches en fibres.

Plus étonnant encore, le critère du goût dépasse tous les autres, y compris celui de la santé.

Les adeptes de nourriture végétale ne mangent que des steaks - FAUX

Plus de 40% des consommateurs d'alternatives végétales choisissent en effet des steaks de soja et autres saucisses à base de pois cassés ou de lentilles. Pourtant, si les substituts à la viande ont largement popularisé ce rayon (et le succès planétaire des recettes des géants Impossible Foods et Beyond Meat y est pour beaucoup), ce n'est pas l'offre qui plaît le plus.

"Les ventes de produits alternatifs aux produits laitiers représentent deux fois plus que celles de la viande végétale", indique Steve Markenson, le directeur de recherches de la Food Industry Association. En réalité, ce sont même (logiquement) les produits les plus naturels qui séduisent le plus les consommateurs :

  • les fruits et les légumes (75%),
  • les noix,
  • les graines,
  • les haricots (47%).

Sur le même sujet

La levure de bière, le nouvel ingrédient dans les alternatives végétales à la viande

Nutrition

Pourquoi la France pourrait devenir pionnière en matière de viande de synthèse en Europe

Ecologie

Articles recommandés pour vous