Vuelta - Cyclisme

Vuelta : Utrecht devient la 1ère ville à accueillir les trois Grands Tours et c’est tout sauf du hasard

Les rues du centre-ville d’Utrecht sont envahies par les vélos

© G.Z

19 août 2022 à 05:00Temps de lecture3 min
Par Giovanni Zidda

Après Budapest et la Hongrie pour le Giro, Copenhague et le Danemark pour le Tour de France, c’est au tour d’Utrecht et des Pays-Bas de suivre la nouvelle mode des Grands Tours en accueillant un nouveau départ à l’étranger, celui de la Vuelta 2022.

La ville néerlandaise n’est d’ailleurs pas novice en la matière. En 2010 déjà, Utrecht avait accueilli une arrivée d’étape du Tour d’Italie. En 2015, le Tour de France avait choisi la ville du Dôme pour lancer son Grand Départ. Avec la Vuelta, Utrecht complète désormais son grand chelem et peut le crier sur tous les toits : elle est la première ville au monde à avoir accueilli les trois Grands Tours.

Cela faisait deux ans que les Néerlandais attendaient cela. Mais le Covid est passé par là et a postposé l’échéance. C’était donc la fête dans les rues de la ville ce jeudi lors de la présentation des équipes.

"On était sur la Grand Place. L’ambiance était vraiment géniale. Tout le monde a fait la fête et donné de la voix. Pas uniquement pour leur équipe favorite. Pour toutes les équipes et ça, c’était beau à voir", nous raconte Tine, une supportrice de l’équipe Jumbo-Visma venue d’Eindhoven… à vélo pour assister à cet évènement.

Le vélo, c’est d’ailleurs tout un art de vivre aux Pays-Bas et ce n’est pas un hasard si c’est justement Utrecht qui est devenue la première ville à accueillir les trois grands tours.

Utrecht et le vélo : 420 km de pistes et le parking à vélo le plus grand du monde

Le parking de la 'stationplein', le plus grand parking à vélo du monde.
Le parking de la 'stationplein', le plus grand parking à vélo du monde. G. Z

Le vélo à Utrecht, c’est d’abord une question d’Histoire. La toute première piste cyclable des Pays-Bas (la Maliebaan) a été inaugurée dans cette ville en 1885.

137 ans plus tard, les infrastructures destinées aux deux roues se sont développées de manière exponentielle. Si bien qu’Utrecht compte désormais près de 420 km de pistes cyclables.

Le vélo est omniprésent dans le paysage et le centre-ville est pris d’assaut par les cyclistes. C’est impressionnant quand on n’a pas l’habitude. Ils sont plusieurs dizaines de milliers à se déplacer sur leur bécane dans le centre-ville chaque jour. Pas étonnant quand on sait que 94% des habitants possèdent un vélo.

Le parking de la Stationplein, le parking à vélo le plus grand du monde.
Le parking de la Stationplein, le parking à vélo le plus grand du monde. G.Z

Gino, un italien venu vivre et travailler à Utrecht, s’est également mis à la bicyclette. Un choix évident. "C’est très pratique de se déplacer à vélo ici même si ce n’est pas facile de s’habituer. Je l’ai fait et je dois dire que c’est assez agréable. Conduire la voiture ici, c’est un cauchemar. Je ne la prends jamais. Je préfère le scooter ou le vélo. Parfois, je fais aussi un tour en skateboard car les routes sont vraiment bien conçues pour ce type de mobilité."

Autour de la gare d’Utrecht, on dénombre pas moins de 30.000 places de parking réservées aux vélos dont 12.500 rien que pour le parking de la 'Stationplein', le plus grand parking à vélos du monde.

Grâce à ses infrastructures et son excellence en termes de sécurité, de 'Bike-sharing' et des évènements organisés autour du vélo, Utrecht occupe régulièrement la tête des index sur les villes plus 'Bike-Friendly' du monde.

Une présentation bien ficelée qui a séduit les coureurs

La Vredenburgplein noire de monde pour la présentation des coureurs.
La Vredenburgplein noire de monde pour la présentation des coureurs. Belga

Ville de sport et de grands sportifs (l’ancien ballon d’Or Marco Van Basten, la sprinteuse Daphné Schippers ou les cyclistes Annemiek Van Vleuten et Ellen Van Dijk), Utrecht a également séduit les organisateurs avec des arguments économiques.

Et on peut dire que la ville a les moyens de ses ambitions. La région d’Utrecht est reconnue parmi les régions les plus compétitives d’Europe au point de vue économique. Pas étonnant donc qu’elle soit parvenue à convaincre les organisateurs des trois Grands Tours.

Les coureurs présents ce jeudi lors de la présentation ont également été convaincus. Notamment par l’accueil d’un public enthousiaste. "J’ai vécu un beau moment. Voir un public comme celui d’Utrecht ici, cela montre qu’il y a beaucoup d’amour pour notre sport. C’est très beau", commente Vincenzo Nibali, vainqueur de la Vuelta en 2010.

Primoz Roglic a lui aussi profité de l’ambiance sur la Vredenburgplein. "Ce n’est pas comme si j’étais dans mon pays mais on est dans le pays de mon équipe et c’était un peu comme si j’étais chez moi. C’était fou ! On va essayer de profiter de cette énergie et de ce soutien de la foule pour obtenir un bon résultat", s’est réjoui le leader de l’équipe Jumbo-Visma avant de rejoindre ses équipiers dans une barque pour saluer le public depuis le canal.

Une trouvaille des organisateurs pour cette présentation des coureurs qui a beaucoup plu aux cyclistes, impatients de partager ce moment sur les réseaux sociaux.

 

Loading...
Loading...
Loading...

Articles recommandés pour vous