RTBFPasser au contenu
Rechercher

Tous les sports

Wakeboard: Luna Cassart, la rideuse girly

30 mai 2021 à 07:00Temps de lecture1 min
Par David Bertrand

C'est un petit bout de femme d'1 mètre 57. Du peps à l'état brut dans un monde de mecs. Luna Cassart fait partie des meilleures rideuses de wakeboard au monde (top 8 aux derniers championnats du monde et d'Europe). Une jeune namuroise de 17 ans venue de la gymnastique. Un subtil mélange de force, de souplesse, de puissance et de légèreté. Au départ, son truc à elle, c'était le sol, les barres, la poutre et les sauts, 25 heures par semaine. Des titres, des médailles, de la sueur et des larmes. Des blessures aussi. "J'étais souvent blessée et mes coaches continuaient quand même à être aussi exigeants. J'adorais la gym mais j'en ai eu marre de toute cette pression autour de la pratique de mon sport. J'ai fait une overdose."

Cette jeune femme hyper énergique se tourne alors vers le wakeboard, un sport qu'elle pratique une fois l'an lors des vacances familiales. Puis lors d'un stage au lac de l'Eau d'heure, son aisance tape dans l'œil des responsables du site qui sensibilisent alors ses parents à son énorme potentiel. "Mon papa alors acheté un bateau et tout s'est enchaîné. J'ai commencé à en faire de plus en plus. Maintenant, je ride quasiment tous les jours quand la météo le permet.

C'était il y a 4 ans. Depuis, Luna est devenue championne de Belgique et de France, catégorie séniore alors qu'elle est encore juniore. Des résultats sur la scène internationale aussi qui lui donnent accès à un statut d'espoir sportif et qui lui ouvrent les portes de stages à l'étranger. Depuis, la namuroise connaît une progression fulgurante dans un sport principalement masculin. Mais Luna compte bien faire changer les choses et apporter une touche girly à une discipline hyper spectaculaire. "C'est un sport de mecs parce que c'est un sport rude. Mais nous, les filles, on parvient quand même à tirer notre épingle du jeu. Ce que j'aime dans le wake, c'est d'essayer d'apporter une touche de grâce et de féminité à cette discipline qui est déjà au départ très esthétique. Mon rêve maintenant, c'est de continuer à progresser au niveau international et viser un podium aux championnats du monde. "

Articles recommandés pour vous