Anderlecht

Walter Baseggio sur le décès de Michel Verschueren : "Je l’appelle toujours Monsieur car il mérite le plus grand respect"

© Tous droits réservés

Le Sporting d’Anderlecht a perdu l’une de ses figures les plus emblématiques. Michel Verschueren, est décédé à l’âge de 91 ans. Durant sa période Mauve, Mister Michel a été le directeur sportif du Sporting de 1980 à 2003. Sous sa conduite, Anderlecht a remporté 11 titres de champion de Belgique, 3 Coupe de Belgique et la Coupe de l’UEFA 1983.

Michel Verschueren a attiré de nombreux joueurs au Parc Astrid. Enzo Scifo, Marc Degryse, Juan Lozano qu’il aurait "fait signer sous un sous-verre de bière" ou encore Walter Baseggio. "C’était un personnage extraordinaire. Quand j’ai commencé ma carrière à Anderlecht, j’ai signé mon premier contrat face à Monsieur Verschueren. On pouvait penser que c’était une personne assez dure mais en réalité il était très aimable" se souvient l’ancien milieu de terrain. "Il était très dur en affaire et j’ai d’ailleurs une anecdote à ce sujet. Je vais signer mon premier contrat accompagné de Michel De Wolf qui le connaissait déjà bien puisqu’il évoluait à Anderlecht depuis quelques années. Quand j’arrive dans son bureau, Monsieur Verschueren me dit ‘Je prends la chaise du perdant et tu prends la chaise du gagnant !’ Cela représentait parfaitement sa personnalité lui qui était toujours joyeux dès qu’il y avait une discussion. Après quand il fallait parler chiffres, il était très dur en affaires. Mais cela a rapporté énormément au club durant toutes ces années."

Pendant toute l’interview, Walter Baseggio a toujours parlé du Renard Argenté en le nommant Monsieur Verschueren. "Je l’appelle toujours Monsieur car je pense qu’il mérite le plus grand respect. Quand on ne le connaissait pas, peut-être qu’il pouvait impressionner. Mais j’ai toujours trouvé que c’était quelqu’un de très gentil." Walter Baseggio faisait partie de l’épopée anderlechtoise en Ligue des Champions lors de la saison 2000-2001 où les Mauves avaient battu Manchester United, le Real Madrid, le PSV et la Lazio de Rome "Quand on s’est qualifié, je me souviens de sa joie car il venait de vivre plusieurs années difficiles. Sa joie, tu ne la voyais pas toujours. Quand on faisait un mauvais résultat le week-end, on savait que le lundi il viendrait nous voir et nous avertir que nous jouions pour Anderlecht et que nous devions gagner chaque semaine. C’était ça la mentalité de Monsieur Verschueren. Une mentalité qui ferait du bien à l’Anderlecht actuel" ponctue l’ancien milieu anderlechtois.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous