RTBFPasser au contenu
Rechercher

Monde Moyen-Orient

Washington et ses alliés s'inquiètent d'"exécutions sommaires" d'ex-policiers par les talibans

Image d'illustration : des combattants talibans montent la garde à côté d'un drapeau taliban lors d'un rassemblement à Kaboul, le 25 novembre 2021.
05 déc. 2021 à 05:58Temps de lecture2 min
Par AFP

Les Etats-Unis et leurs alliés occidentaux se sont dits "préoccupés" samedi par les "exécutions sommaires" d'anciens membres des forces de sécurités afghanes par le régime taliban, révélées par des organisations de défense des droits humains, et ont demandé l'ouverture rapide d'enquêtes.

"Nous sommes profondément préoccupés par les informations faisant état d'exécutions sommaires et de disparitions forcées d'anciens membres des forces de sécurité afghanes, comme l'ont documenté Human Rights Watch et d'autres", assurent une vingtaine de pays, dont la Grande-Bretagne et le Japon, ainsi que l'Union européenne dans un communiqué publié par le département d'Etat américain.

Nous soulignons que les actions présumées constituent de graves violations des droits humains

"Nous soulignons que les actions présumées constituent de graves violations des droits humains et contreviennent à l'amnistie annoncée par les talibans", a déclaré le groupe d'alliés, appelant par ailleurs les nouveaux dirigeants afghans à garantir que l'amnistie soit appliquée et "maintenue dans tout le pays et dans tous leurs rangs".

47 victimes présumées

Cette semaine, l'ONG Human Rights Watch avait publié un rapport qui, selon elle, documente "des meurtres ou des disparitions dont ont été victimes 47 anciens membres des Forces nationales de sécurité afghanes qui se sont rendus ou étaient détenus par les forces talibanes entre le 15 août et le 31 octobre".

"Parmi les victimes figurent des membres du personnel militaire, des policiers, des agents des services de renseignement et des miliciens", précisait HRW.


►►► À lire aussi : Des "écoles secrètes" pour filles en Afghanistan : continuer à s’instruire malgré l’interdit taliban


Pour Washington et ses alliés, "les cas signalés doivent faire l'objet d'enquêtes rapides et transparentes, les responsables doivent pouvoir rendre des comptes et ces étapes doivent être clairement annoncées pour agir comme moyen de dissuasion immédiat de nouveaux meurtres et disparitions".

Outre les Etats-Unis et l'Union européenne, les signataires du communiqué sont l'Allemagne, l'Australie, la Belgique, la Bulgarie, le Canada, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, le Japon, la Macédoine du Nord, la Nouvelle-Zélande, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la Roumanie, le Royaume-Uni, la Suède, la Suisse et l'Ukraine.

Sur le même sujet

Les talibans nient les accusations d'"exécutions sommaires", qui "préoccupent" Washington

Des "écoles secrètes" pour filles en Afghanistan : continuer à s’instruire malgré l’interdit taliban

Monde Moyen-Orient

Articles recommandés pour vous