Actualités locales

Watermael-Boitsfort : des containers controversés pour réfugiés ukrainiens sur le Chant des Cailles

© Tom Denis

Sur le site du Chant des Cailles et sur celui du Tritoma, jouxtant un terrain de sport, une quinzaine de containers habitables accueilleront bientôt plusieurs familles ukrainiennes. Une séance d’information à destination des habitants était organisée ce lundi soir. Une centaine de participants étaient au rendez-vous. Une réunion jugée trop tardive pour certains coopérateurs et riverains de la ferme participative, déçus de ne pas avoir été concertés plus tôt.

Plus de 10.000 Ukrainiens à Bruxelles

En Région bruxelloise, actuellement huit mille Ukrainiens vivent chez l’habitant, d’autres vivent dans des bureaux aménagés en logement groupé. À présent pour répondre à la demande, la Région se lance dans les habitations modulaires temporaires. "On est, au total, sur une septantaine de logements qui vont être mis en place", explique Pierre Verbeeren, le coordinateur "Ukraine" pour le gouvernement bruxellois. "On a identifié treize terrains publics qui pouvaient correspondre. Nous les avons visités avec Vivaqua, Sibelga et les pompiers pour les questions de sécurité et des impétrants".

Finalement, cinq de ces sites régionaux ont été sélectionnés. Deux sites encore en négociation avec les autorités communales, un site à Anderlecht et deux à Watermael-Boitsfort, dont le controversé Chant des Cailles, actuellement occupé par un projet de ferme urbaine participative. "Avec ce projet, on cherche à avoir la plus petite emprunte au sol, pour faire en sorte de laisser au maximum les terrains tels qu’ils sont", précise l’ancien directeur de Médecin du Monde.

La commune soutient l’initiative temporaire

Sur le Chant des Cailles, trois dalles de béton seront coulées, le terrain sera aplati pour y installer deux fois trois containers empilés et deux autres containers superposés. Les égouts et l’électricité seront connectés en surface.

La commune ne s’oppose pas au projet qu’elle espère temporaire et évoque la solidarité. "On ne nous a pas demandé notre accord", entame Olivier Deleuze, le bourgmestre de Watermael-Boitsfort. "Ceci dit, soyons clairs, ce sont des logements provisoires dans le cadre du statut de protection temporaire accordé à des réfugiés de guerre. Dans une situation de guerre, les pays européens ont un devoir de solidarité et d’accueil. Il ne s’agit pas de logements définitifs. La position de la commune n’a pas changé. La commune pense que l’entièreté du Chant des Cailles doit être préservée et ne doit pas faire de constructions définitives", précise le bourgmestre écolo.

Un passage en force du béton pour ses défenseurs

Mais certains habitants y voient un passage en force pour désinvestir ce terrain de son projet d’agriculture urbaine. À l’image de Colette Beriot. Elle est membre de la coopérative du Chant des Cailles. "Évidemment, je suis pour la solidarité et pour loger ces gens dans le besoin, mais il y a d’autres endroits sur le Logis-Floréal où on pourrait les installer. Cela va impacter les activités du Chant des cailles. C’est un terrain très petit pour les maraîchers et pour les bergers". Certains habitants pensent surtout que c’est une première pierre qui annonce les suivantes. En effet, un projet de construction de logements sociaux est sur les rails pour investir un quart du site.

"Ma position personnelle c’est qu’en mettant des containers pour y accueillir des réfugiés sur le terrain du Chant des Cailles, on répond à une urgence sociale en mettant en péril un projet d’agriculture urbaine qui offre une réponse à l’urgence climatique", tient à signaler une voisine du champ. "L’urgence est sociale et climatique, on ne peut faire ce choix, au mépris de l’avenir, au mépris de l’espoir que peuvent trouver les personnes de tout horizon dans des projets de transition comme la Ferme du Chant des Cailles".

Malgré cette opposition qui se dessine, le service Public Régional de Bruxelles, a décidé d’installer ces habitations modulables, le chantier devrait commencer d’ici décembre nous dit-on.

Recevez chaque semaine un condensé des événements culturels et touristiques de votre région

Recevez chaque semaine un condensé des événements culturels et touristiques de votre région. Attention, pour recevoir cette newsletter personnalisée, veillez bien à renseigner votre code postal dans votre profil.

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous