Régions Brabant wallon

Wavre : les deux conseillers communaux DéFI rejoignent la majorité MR-PS et s'occuperont de la participation citoyenne

La majorité wavrienne s'élargit mais la composition du collège reste identique.

© Belgaimage Laurie Dieffembacq

21 févr. 2022 à 11:16 - mise à jour 21 févr. 2022 à 12:41Temps de lecture2 min
Par Hugues Van Peel

Le secret a été bien gardé jusqu’à la conférence de presse organisée ce lundi midi par Françoise Pigeolet, bourgmestre de Wavre. La majorité MR-PS (seize sièges MR et trois PS) qu’elle dirige depuis les élections communales de 2018 va s’élargir un peu. Les deux élus DéFI vont en effet quitter les bancs de l’opposition pour la rejoindre officiellement.

Depuis quelques temps, les observateurs de la vie politique wavrienne avaient bien constaté certaines convergences de vue entre DéFI et la majorité. Un pas de plus a donc été franchi.

"Le fait d'intégrer DéFI dans notre majorité permet d'apporter un nouveau regard et d'augmenter notre représentation, se réjouit Françoise Pigeolet. C'est une nouvelle opportunité de servir au mieux les intérêts de la commune."

DéFI à l'action, mais sans échevinat

Une opportunité d'autant plus intéressante qu'elle ne coûte rien au MR et au PS, puisque la composition du collège n'est pas modifiée. DéFI n’aura pas d’échevinat mais se verra confier certaines missions qui relevaient jusqu’à présent de la compétence de Françoise Pigeolet, en matière de participation citoyenne.

"Je suis enthousiaste et déterminé, confie Luc D'Hondt, conseiller communal DéFI. Intégrer cette majorité, cela veut dire que nous pourrons participer directement, en amont plutôt qu'en aval, aux propositions que la majorité pourra faire. Et nous avons la chance de pouvoir le faire sur un point qui figurait en bonne place dans notre programme électoral, celui de la participation citoyenne. C'est très constructif et c'est un signe de confiance."

De gauche à droite: Luc D'Hondt (DéFI), conseiller communal, Françoise Pigeolet (MR), bourgmestre, et Kyriaki Michelis (PS), échevine.
De gauche à droite: Luc D'Hondt (DéFI), conseiller communal, Françoise Pigeolet (MR), bourgmestre, et Kyriaki Michelis (PS), échevine. Hugues Van Peel - RTBF

Pas un marchandage

Toutes les parties insistent sur un point, cet élargissement de la majorité n'est pas le fruit d'un marchandage.

"C'est vrai que traditionnellement, les partis qui entrent dans une majorité exigent des postes d'échevins ou de président de CPAS ou de président de telle ou telle régie, ajoute Luc D'Hondt. Ce n'est pas notre but. Ce que nous souhaitons, c'est travailler au profit des citoyens. Nous faisons cela sans rémunération, sans jeton de présence. C'est notre façon de faire de la politique."

Un discours qui ne peut que réjouir François De Smet, le président de DéFI, venu assister à l'annonce des fiançailles. 

"DéFI fait de la politique comme à mon avis beaucoup plus de partis devraient en faire, c'est-à-dire de manière assez désintéressée, explique-t-il. C'est de la politique dans le plus beau sens du terme, dans un esprit de collaboration. Nous sommes présents dans neuf majorités en Wallonie et c'est la quatrième en Brabant wallon. Et pour nous, c'est aussi une manière d'acquérir de l'expérience. Nous allons aussi utiliser l'expérience que nous avons déjà au profit des citoyens et améliorer tout ce qui peut l'être dans la politique actuellement menée à Wavre."

Cela dit, chez DéFI, tout le monde ne se montre pas aussi enthousiaste. Ainsi, Olivier Maingain, ancien président du parti, estime que rejoindre la majorité, sans pouvoir exercer de réelle influence au collège, est une décision regrettable.

"Les électeurs espéraient que DéFI représente une autre gouvernance en Wallonie et non qu'il se moule dans le jeu politicien pour un strapotin", conclut-il.

Sur le même sujet

A Wavre, un nouveau "village d'entreprises" dédié aux sciences de la vie

Regions

Wavre conserve son gestionnaire local de réseau de distribution d’électricité pour 20 ans de plus

Info

Articles recommandés pour vous