Regions

Wavre : l’obligation du port du masque en rue bientôt levée

Wavre est la dernière ville de Belgique à imposer le masque en rue. L'obligation sera levée dès ce vendredi 18 février.

© RTBF-Grégory Fobe

12 févr. 2022 à 17:14Temps de lecture1 min
Par Gregory Fobe

Wavre faisait figure d’exception en étant la dernière ville belge à imposer encore le port du masque en rue. Les autorités communales vont finalement renoncer à cette obligation dans la foulée du dernier Codeco qui confirme le passage au code orange et l’allégement voire la suppression d’une série de mesures destinées à lutter contre le Covid. Pour Françoise Pigeolet, la bourgmestre, il était temps de lâcher du lest : " Je vais prendre une ordonnance de police qui va dans ce sens. L’interdiction sera levée dès vendredi et la décision sera confirmée par le conseil communal du 22 février. "

Si aujourd’hui Françoise Pigeolet fait marche arrière, la bourgmestre de Wavre continue à défendre sa décision prise dès le huit décembre dernier pour les adultes et les enfants de six ans et plus. " Je n’ai jamais voulu contraindre pour contraindre. D’ailleurs très peu de PV ont été dressés et la police n’est intervenue que dans des cas extrêmes quand les personnes se montraient vraiment réfractaires ! Mon objectif était avant tout pédagogique : je voulais rappeler aux gens l’importance de rester prudent ! Mais vu les mesures d’assouplissement annoncées au niveau fédéral et dans un souci de cohérence, j’ai donc décidé de lever la mesure."

Bernadette Pierre, la présidente de l’association des commerçants de Wavre se réjouit de cette décision : " Dans le contexte de morosité actuel, ça va permettre de mettre un peu de gaieté dans les rues et peut-être que les gens auront plus envie de se rendre à Wavre pour faire leurs courses. "

Un manque de cohérence des autorités communales

En attendant vendredi, les panneaux demandant aux passants de porter le masque en rue restent en place et les Wavriens continuent majoritairement de respecter la consigne. Certains toutefois regrettent un manque de cohérence des autorités communales qui auraient, selon eux, dû lever sans délai l’obligation. " Nous, on s’en fiche et on ne veut plus le porter", reconnaît un couple attablé à une terrasse. Jessica, elle, continue de porter son masque mais à contrecœur : " Franchement, je l’aurais bien enlevé directement. Ça n’a plus de sens. D’ailleurs en sortant de ma voiture, je l’avais complètement oublié. Je l’ai remis en voyant les autres passants qui le portaient ! "

Ecoutez le reportage de Grégory Fobe

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous