RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Luxembourg

Wellin : une offre communale pour éviter le projet de maison de détention à Chanly

25 mai 2022 à 09:47Temps de lecture1 min
Par Nicolas Lefèvre

Ce mardi, le bourgmestre de Wellin, Benoît Closson, nous a confirmé que la commune avait formulé une offre pour racheter l'ancien couvent des sœurs franciscaines mis en vente par l'agence immobilière Honesty et ce, dans l'espoir d'éviter le projet de maison de détention dans le village de Chanly.

Rappelons que cette maison de détention projetée par le Ministère de la Justice, qui devrait héberger 17 détenus condamnés à de courtes peines de prison et en voie de réinsertion, suscite la colère des riverains. Au départ, le bourgmestre avait déclaré que "ce n'est pas un projet que l'on accueille les bras ouverts", mais qu'il représentait tout de même la création de 20 emplois directs. Aujourd'hui, le discours est plus tranché.

Chacun se remémore cette réunion d'information qui s'est tenue le 9 mai dernier et lors de laquelle les habitants, en colère, ont manifesté leur mécontentement. Pour eux, le projet n'a pas de raison d'être en milieu rural et d'autant plus à proximité d'un service d'aide à la jeunesse. La coupe était déjà pleine au moment où l'un des fonctionnaires fédéraux parla non pas du village, mais bien de la ville de Chanly qu'il a d'ailleurs eu bien du mal à situer sur les cartes.

Les arguments de la population, le bourgmestre de Wellin dit les avoir entendus et lui apporte aujourd'hui son soutien, qu'importe donc les vingt emplois que cette maison de détention est appelée à créer. Selon le ministre de la justice, les autorités locales ont pourtant été concertées et ont appuyé le dossier, du moins jusqu'à ce que les protestations des habitants apparaissent. Benoît Closson, quant à lui, réplique qu'il n'a jamais été question de négociations et qu'une offre a bel et bien été remise dans l'espoir que la commune s'approprie le couvent et le réaffecte en concertation avec la population.

Une contre-attaque à laquelle la minorité n'est pas forcément opposée, mais estime qu'elle servirait avant tout à sauver la peau du bourgmestre. Le point sera discuté lors du prochain conseil communal programmé le 31 mai.
 

Articles recommandés pour vous