Les Grenades

"Women In Cycling", une inititative pour visibiliser les femmes qui travaillent dans le secteur du vélo

© Getty Images

18 févr. 2022 à 10:09Temps de lecture6 min
Par Sarah Lohisse pour Les Grenades

Le projet Women In Cycling (WIC) –"les femmes à vélo" - est né d’un besoin de visibiliser les femmes dans le secteur du vélo, trop peu représentées dans les positions de management et lors des conférences sur la thématique.

C’est en 2021 que l’organisation a vu le jour sous l’impulsion d’une dizaine de membres fondatrices bénévoles. WIC regroupe aujourd’hui plus de 1300 femmes sur Linkedin et une dizaine d’ambassadrices à travers toute l’Europe.

Une industrie dominée par les hommes

C’est en septembre 2021 qu’a eu lieu la première conférence de Women In Cycling, lors de l’événement annuel "Velo-city" à Lisbonne, un rendez-vous emblématique depuis 1980 dans le secteur du cyclisme. Women In Cycling est constitué uniquement de femmes expertes dans le domaine, représentées par la European Cyclists’ Federation (ECF), la Cycling Industries Europe (CIE), la Confederation of the European Bicycle Industry (Conebi), Velokonzept et Mobycon, des consultants allemands et néerlandais.

L’intérêt principal de WIC ? Instaurer plus de diversité, de voix féminines, dans le secteur du cyclisme, une industrie principalement dominée par des hommes. Cela passe par leur mise en valeur pour plus de visibilité, d’impact et de places de premier plan dans ce domaine.

►►► Retrouvez en cliquant ici tous les articles des Grenades, le média de la RTBF qui dégoupille l’actualité d’un point de vue féministe

Si la seconde idée du projet est d’inciter plus de femmes à se mettre en selle, il s’agit surtout de leur donner plus d’impact dans le milieu, notamment en laissant la parole aux conférencières expertes dans les colloques, mais également en leur permettant d’obtenir des postes de management en brisant le plafond de verre du secteur.

Ce sont donc autant les mécaniciennes qui travaillent dans les ateliers de réparation, des femmes travaillant dans le secteur associatif du vélo que des personnes à la tête d’industries de manufacture de cyclisme qui sont visées. Avec ce projet, Women In Cycling souhaite avant tout construire tout un réseau pour mettre en lien toutes ces femmes sous forme de networking.

"Le grand problème dans ce secteur et dans celui de la mobilité en général, c'est que dans les conférences, les panels sont la plupart du temps constitués uniquement d’hommes, et tout ça influence la discussion", explique Florence Grégoire qui travaille à la Fédération européenne des cyclistes (l’ECF) depuis 18 ans et membre de WIC. Caroline Cerfontaine, également membre de WIC, a rejoint l’ECF il y a deux ans et travaille dans la mobilité et le transport urbain depuis 15 ans. C’est aussi la directrice de Velo-city. Elle rejoint la réflexion de sa collègue : "J'ai connu beaucoup de situations dans ma vie professionnelle qui, jusqu'à présent, se trouvaient déséquilibrées. [À l’ECF], c’est la première fois que j’ai une cheffe féminine, ce qui change complètement le rapport au travail. Cela fait longtemps que je trouve que les villes ne sont pas vraiment adaptées à la diversité que représente notre population. Je pense que cela vient notamment du fait que ce sont principalement des hommes planificateurs urbains qui conseillent nos villes. Le changement arrive lentement. Je suis persuadée que cela peut se faire via des transitions structurelles de la composition des équipes au sein des villes et du secteur".

Repenser l’espace public

À travers Women In Cycling, il y a donc l’espoir d’une meilleure prise de conscience de l’invisibilisation des femmes dans le secteur vers un possible changement. Cela se passe par une conscientisation des indicateurs précis des femmes dans le milieu, et notamment dans leur (re)présentations des colloques. Pour ce faire, l’organisation a mis en place un portail référent des conférencières spécialisées dans le secteur – à l’instar d’Expertalia, mis en place par l’AJP dans le milieu médiatique – afin de donner plus la parole aux expertes.

"En sachant consciemment qu’il y a un problème, on peut y prêter attention en mettant en place des petits mécanismes. Par exemple, pour la conférence Velo-city dont je suis en charge, pour le programme, on a maintenant des indicateurs très clairs. En 2019, il y avait 40% de femmes oratrices. En 2021, il y en avait 43%. Pour cette édition-ci, on s'est donné l'objectif de chaque fois s'améliorer jusqu'à ce qu'on arrive à la parité", souligne Caroline Cerfontaine.

Les villes ont été construites pour permettre de relier rapidement les lieux de travail aux habitations, en donnant toute la place à l’automobile. Les femmes utilisent plus les transports publics et d'autres moyens pour se déplacer

Les décisions, les conférences en matière de cyclisme et l’espace public doivent donc être plus représentatifs de la société. Pour nos intervenantes, ce dernier est le reflet des cours de récréations quand nous étions plus jeunes : une grande part étant réservée aux terrains de football particulièrement exploités par les garçons, les filles devant trouver un autre espace pour se défouler.

Il en est de même à l’échelle des villes. Pour Florence Grégoire, il faut repenser l’espace public de manière à ce qu’il réponde entièrement aux besoins de toute la population, et ce, en incluant aussi bien les femmes, les personnes à mobilité réduite, mais aussi les enfants et les personnes âgées, et "en ne se limitant pas aux hommes en période active", nous dit-elle. Caroline Cerfontaine continue : "Les villes ont été construites pour permettre de relier rapidement les lieux de travail aux habitations, en donnant toute la place à l’automobile. Les femmes utilisent plus les transports publics et d'autres moyens pour se déplacer. Comme tout l’espace est construit autour de la voiture, les trottoirs et pistes cyclables sont réduites et plus petites. Une partie de la population ne sort pas parce qu'elles ne retrouvent plus leurs besoins dans l'espace publi ". C’est donc arriver à avoir plus de diversité, de vision du monde et de l’espace : un pluralisme dans les décisions pour afin que cela rejaillisse dans l’espace public.

►►► Pour recevoir les informations des Grenades via notre newsletter, n’hésitez pas à vous inscrire ici

"En faisant en sorte de recruter de façon plus diverse et d'encourager plus de femmes à arriver à des positions décisionnelles au sein des organisations, on peut aussi changer les initiatives qui sont prises pour que cela ait un impact sur la vie des personnes concernées, sur le dessin des routes etc.", explique Florence Grégoire.

Loading...

Renforcer le recrutement

Permettre aux femmes plus de visibilité et d’atteindre plus rapidement des postes décisionnels passe donc aussi par le recrutement, un point d’accroche important pour WIC. C’est d’ailleurs une des raisons qui les a poussées à créer un groupe Linkedin Women In Cycling regroupant plus de 1300 femmes qui se partagent des astuces et offres d’emploi.

Cette année, c’est aussi toute cette thématique qui est mise à l’honneur : "À partir du moment où on en parle, les personnes qui font le recrutement peuvent avoir une vision un peu plus claire des choses en essayant de choisir des profils différents, et en sortant des automatismes qu’ils pourraient avoir pour considérer qu'une personne correspond à l'emploi. En mettant l'accent là-dessus, ça peut aider", poursuit la directrice de Velo-city.

Le recrutement sera abordé lors de son prochain rendez-vous qui aura lieu cette année en juin à Ljubljana, en Slovénie, ainsi qu’au Europebike en Allemagne en juillet, et à d’autres conférences en ligne ponctuelles.

Le projet à peine né, il est encore trop tôt que pour mesurer l’étendue de son impact, mais l’espoir et l’engouement général est au rendez-vous. La cérémonie d’ouverture regroupait d’ailleurs plus de 1200 personnes, preuve que Women In Cycling répond à un réel besoin de visibilisation. Tous les secteurs étaient confondus, industriels, activistes comme sportifs. Maintenant que l’étape de création est terminée, place à l’étape de stabilisation. S’agissant d’un projet bénévole, l’idée serait de le professionnaliser pour lui offrir une pérennité : "On est vraiment à la recherche d'un financement plus stable à long terme pour pouvoir aussi engager quelqu'un qui s'occuperait uniquement de la gestion administrative et de tous les outils qu'on a mis en place pour qu'il y ait un suivi plus renforcé", concluent les intervenantes.

Si vous souhaitez contacter l’équipe des Grenades, vous pouvez envoyer un mail à lesgrenades@rtbf.be

Les Grenades-RTBF est un projet soutenu par la Fédération Wallonie-Bruxelles qui propose des contenus d’actualité sous un prisme genre et féministe. Le projet a pour ambition de donner plus de voix aux femmes, sous-représentées dans les médias.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Les marchandes d’art sortent de l’ombre

Exposition - Accueil

Articles recommandés pour vous