RTBFPasser au contenu
Rechercher

Tour de France

Wout Van aert après sa victoire : "Je ne m'attendais pas à ce qu'il y ait un tel bazar à la fin"

Wout Van Aert après sa victoire : "Je ne m'attendais pas à ce qu'il y ait un tel bazar à la fin"
04 sept. 2020 à 15:43 - mise à jour 04 sept. 2020 à 15:43Temps de lecture2 min
Par RTBF avec AFP

Wout Van Aert a remporté sa deuxième victoire en trois jours ce vendredi, lors de la 7e étape du Tour de France, qui reliait Millau à Lavaur. Une étape ultra-animée dès le départ. "Bora a fait en sorte que tous les sprinteurs soient déjà lâchés. Ensuite, ça a été très tactique, tout le monde craignait des bordures" explique Wout Van Aert.


>> Lire aussi : Des Strade Bianche au Tour, en passant par Milan-Sanremo : l’été rayonnant de Wout Van Aert


"Dans le final, on a dépensé beaucoup d’énergie pour être placés. J’ai passé toute la journée avec Primoz (Roglic) à la fin. C’est une bonne journée pour l’équipe. Des prétendants au classement général ont perdu du temps. Je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait un tel bazar à la fin et qu’on finisse en si petit groupe" concède le Belge. "Ça aurait été dommage de ne pas essayer de sprinter en comité réduit. Les autres gars ont lancé leur sprint un peu tôt. J’ai pu profiter de l’aspiration et trouver un espace où passer. Et je pense que mon sprint a eu un timing parfait. Je ne m’attendais pas à ça ce matin. C’est une surprise. Personne ne s’attendait à une étape aussi dure, je pense."

S’il a été surpris par le scénario, van Aert et Jumbo-Visma avaient préparé minutieusement cette étape. Aucune information n’a été oubliée, même la direction du vent dans la dernière ligne droite. "Je savais que le vent venait dans le dos et de la gauche et qu’il valait mieux sprinter sur la droite. Ça m’a surpris qu’il y avait de la place de ce côté-là. Je pris le risque. J’ai bien fait", confie-t-il au micro de Jérôme Helguers notre envoyé spécial.

Après le forcing de Bora, l’autre moment clé s’est déroulé à la sortie de Castres. "On savait que c’était très dangereux à cet endroit. On en avait parlé lors du meeting ce matin. On savait qu’il fallait être devant avec Primoz et Tom. Le vent était de dos. On roulait à 65 km/h et quand tu n’es pas bien placé c’est impossible de rester dans la roue".


L’an dernier, van Aert s’était imposé à Albi dans des conditions similaires. La région et le vent lui conviennent plutôt bien. "C’est toujours bien pour moi quand la course est dure. Tout le peloton a travaillé toute la journée. J’aime les bordures, tu dois tout le temps être concentré. C’est un de mes scénarios de course favoris".

7ème étape : Millau > Lavaur : Victoire de Wout Van Aert

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous