Tour de France

Wout van Aert, l'équipier modèle continue d'impressionner en montagne

Wout van Aert, l'équipier modèle continue d'impressionner en montagne

© DAVID STOCKMAN - BELGA

02 sept. 2020 à 10:33 - mise à jour 02 sept. 2020 à 10:33Temps de lecture2 min
Par Martin Weynants

Primoz Roglic a pris l’ascendant sur ses adversaires au sommet d’Orcières-Merlette. Le Slovène a pu compter sur un impressionnant train jaune où Wout van Aert a abattu un travail colossal.

"Je n’ai jamais aussi bien grimpé de ma vie", concédait l’ex-champion du monde de cyclo-cross à la sortie d’un stage en altitude. Depuis qu’il a glissé ces quelques mots, WVA n’a fait que confirmer ses capacités en montagne.

Il a été épatant jour après jour dans un Dauphiné corsé. Bien sûr, il a brillé en gagnant la première étape, mais c’est surtout son boulot pour l’équipe qui a marqué les esprits.


►►► À lire aussi : Gérard Bulens : "S'il se le met en tête, van Aert peut faire un Top 10 dans un Grand Tour"



Même avec le maillot de leader sur les épaules, il s’est mis au service du collectif. Dans une 4e étape, pimentée par 5 cols dont l’ascension hors catégorie de Bisanne, il a fait le taf en tête de peloton, s’est accroché dans les montées avant de rouler dans la plaine en direction de Megève.

Van Aert, qui a gagné quatre fois en août, est dans la forme de sa vie. Il constitue une pièce essentielle du plan de Jumbo-Visma sur ce Tour de France. Dans une étape courte, conclue par une montée sèche, il a une nouvelle fois répondu présent. Au-delà des attentes.

Avant dernier étage de la fusée Roglic, il a tenu le peloton des leaders en respect avec autorité pendant près de deux kilomètres. "Je pense que j’ai bien travaillé", avance timidement le principal intéressé.

"Ce n’était pas vraiment prévu", raconte-t-il. "Normalement, George (Bennett, qui a été distancé) et Sepp (Kuss) qui devaient accompagner Tom (Dumoulin) et Primoz dans l’ascension. Je n’ai pas vu Sepp et George au début de la montée finale et j’ai compris que ce n’était pas le moment de laisser nos leaders. Quand Jungels et Nieve ont eu fini leur travail, c’était important de prendre le tempo en main pour qu’il n’y ait pas d’attaque trop tôt."

Un rôle qu’il a rempli de manière magistrale. Personne n’a tenté ou n’a pu accélérer. Kuss a ensuite servi de dernière rampe de lancement et Roglic a fini le boulot face aux puncheurs Pogacar et Alaphilippe. Le Slovène a d’ailleurs salué l’apport de ses équipiers au moment de débriefer sa victoire. "Les mecs ont encore fait un gros boulot, ils m’ont bien positionné et j’ai fait un très bon sprint".

Van Aert a endossé son costume d’équipier-modèle sur ce Tour. Roglic et Jumbo-Visam ne peuvent que s’en féliciter.

 

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous