WRC

WRC Estonie : l'image, la surprise, la déception... 6 faits marquants du rallye

Kalle Rovanpera (Toyota) a remporté dimanche entre les averses le Rallye d'Estonie, septième manche du Championnat du monde des rallyes WRC, au terme d'une épreuve qu'il aura parfaitement maîtrisée.

Le Finlandais a pris le meilleur sur Elfyn Evans (Toyota), Ott Tanak (Hyundai), Thierry Neuville (Hyundai) et Takamoto Katsuta (Toyota).

Retour sur six faits marquants du week-end.

L’image : la Power Stage de Kalle Rovanpera

Disputée sous des conditions météorologiques incroyables, la Power Stage a offert un suspense parfait pour la fin de l’épreuve estonienne. Kalle Rovanpera s’élançait en tout dernier et, roulant dans des conditions pratiquement similaires à Elfyn Evans, parti juste avant lui, il a collé 22 secondes à son équipier.

Il aurait pu se contenter des 25 unités de la victoire et lever le pied sans prendre de risques sous le déluge… Non, il a préféré attaquer et récolter 5 points supplémentaires. Un sacré panache, une belle maitrise aussi.

La déception : Craig Breen et les pilotes M-Sport en général

On attendait beaucoup de Craig Breen en début de saison. L’expérimenté pilote irlandais, titularisé comme numéro 1 chez Ford, ne parvient pas jusqu’ici à répondre aux attentes. Il semblait dans le coup en début d’épreuve, mais est sorti dès la journée du vendredi. Zéro point sur son week-end et seulement la sixième place au championnat.

De manière générale, les pilotes M-Sport déçoivent. Lorsque Sébastien Loeb n’est pas là, le seul qui parvient à tirer tout le potentiel de la Puma à chaque apparition, on ressent tout de suite la différence sur la feuille des temps des spéciales.

La surprise : le manque de performance chez Hyundai

Si vous suivez le championnat attentivement, vous aurez logiquement été marqué par le manque de fiabilité dans le clan Hyundai cette saison. Les pépins s’enchainent, coûtant de précieuses secondes, voire minutes, aux différents pilotes. L’épreuve estonienne étant moins cassante, les bolides sud-coréens ont résisté et ont tenu la distance.

Sauf que cette fois, alors qu’elle était au rendez-vous depuis janvier, c’est la performance qui a fait défaut. Les pilotes Hyundai n’ont donc pas été en mesure de rivaliser avec les adversaires du team Toyota. Ils n’ont, par exemple, empoché qu’un seul temps scratch sur le rallye (Ott Tanak dans l’ES20), et encore c’était à égalité avec Kalle Rovanpera.

La confirmation : le championnat est plié

Au moment de remballer ses valises et de déjà penser à la prochaine manche, la Finlande, Kalle Rovanpera possède 175 unités, soit 83 de mieux que son plus proche poursuivant, Thierry Neuville.

Cinq victoires, une quatrième place et une cinquième place lors des sept premières épreuves : le pilote finlandais, qui évoluera donc à domicile du 4 au 7 août, vole vers le titre mondial. Rien n’est fait mathématiquement, mais le championnat est clairement plié. Du côté des constructeurs, Toyota possède 87 points d’avance sur Hyundai (298 contre 211).

Les spéciales : du spectacle

Même si l’indécision n’a pas été totale sur cette manche, les écarts étant assez élevés très tôt dans la course, le spectacle a été au rendez-vous grâce aux profils des spéciales.

Des profils rapides, des sauts qui n'en finissent pas, une végétation bien dense dans les forêts, des virages en glisse pendant un paquet de mètres : on s’est régalé durant ce rallye estonien, par ailleurs bien organisé. L’apparition de la pluie samedi et dimanche aura également apporté son lot de surprises.

La phrase : "Qui peut me battre ? Je ne sais pas…"

Il y a exactement un an, lors du Rallye d’Estonie 2021, Kalle Rovanpera grimpait pour la première fois de sa carrière sur la plus haute marche du podium. Le plus jeune vainqueur en WRC n’a cessé d’impressionner… et de gagner depuis lors. On l’attendait dans les années à venir, mais il répond plus que présent dès aujourd'hui. 5 succès cette saison, une maitrise aussi incroyable que sa sérénité (14 scratches remportés en Estonie !) : à 21 ans, il parait déjà expérimenté et capable de gagner sur tous les terrains. Son statut a clairement changé en un an à peine.

"Qui peut me battre ? Je ne sais pas... On verra bien la suite, mais j'espère que personne ne viendra nous rechercher dans ce championnat et qu'on décrochera le titre le plus vite possible", souriait le principal intéressé après sa victoire. S’il poursuit sur cette lancée, il s’inscrira dans la lignée des Sébastien Loeb et Sébastien Ogier.

WRC : Quelques images fortes du Rallye d'Estonie
WRC : Quelques images fortes du Rallye d'Estonie Hyundai Motorsport / Toyota Gazoo WRC

Articles recommandés pour vous