WRC

WRC Monza – Thierry Neuville sur son incident : "Pas assez chauffé mes pneus, mais de toute façon on n’avait aucune chance"

Thierry Neuville répond aux questions de la RTBF.

© Hyundai

20 nov. 2021 à 13:51 - mise à jour 20 nov. 2021 à 13:57Temps de lecture3 min
Par Antoine Hick

Nouvelle matinée chahutée pour Thierry Neuville sur les routes de Monza ce samedi. Auteur du meilleur temps lors de la 8e spéciale, la 1e du jour, il avait ainsi initié une tentative de come-back pour rattraper les 20 secondes qui le séparait de la tête de course.

Malheureusement, le Belge a dû faire une croix sur ses objectifs personnels, puisqu’une petite erreur de trajectoire l’a fait heurter un rail de sécurité et ainsi fait perdre de précieuses secondes. Et même s’il s’est bien battu par la suite, ses rêves de victoire se sont, sans doute, envolés là.

À mi-journée et avec le recul, Neuville, qui n’avait plus grand-chose à perdre, est revenu, avec franchise, sur ses péripéties matinales au micro d’Olivier Gaspard. "Je me suis fait surprendre après deux virages dans la 2e spéciale du jour. Je pense que je n’avais pas assez chauffé mes pneus. Le train arrière est parti rapidement. Dans l’incident, on perd le pare-chocs avant et toute l’aérodynamique. Après c’était un peu plus une galère. Mais malgré tout, on a su prendre du plaisir et faire quelques bons chronos."

Des virages, au sein des routes tortueuses des montagnes bergamesques, qui étaient les tout derniers pour ce "type" d’étape griffée rallye pur. La suite du weekend se disputera davantage sur les routes plus sinueuses de Monza… avant le passage à l’ère hybride dès l’année prochaine. De quoi forcément susciter un peu d’émotion chez les pilotes.

"On y pense effectivement. Le résumé de la matinée c’est qu’on s’est bien amusé, malgré l’incident. On en gardera malgré tout un très beau souvenir. Ce matin, les spéciales étaient très très belles, avec une belle météo et énormément de spectateurs, on s’est régalé" confiait-il.

"De toute façon on n’aurait eu aucune chance pour la victoire"

Malgré cette prise de plaisir, on sent les Hyundai clairement en dedans par rapport aux Toyota. Un rapport de force qui s’inverse donc après un weekend rêvé en Catalogne : "On a changé les rôles depuis l’Espagne. Là-bas, les Hyundai étaient au-dessus du lot, ici on a réalisé assez vite qu’on avait du mal à faire de bons chronos face à eux. Et ça s’est confirmé. Ce matin, j’ai quand même eu l’impression que ça allait, même si après ces deux spéciales ce matin, notre usure de pneus était bien supérieure que la leur. On n’aurait eu aucune chance pour la victoire."

Aucune chance pour la victoire finale mais malgré tout l’objectif d’aller chercher quelques scratchs pour s’immiscer sur le podium ? "On n’a rien à perdre. On va continuer à attaquer et si on finit sur le podium, on sera content. Mais ce sera très difficile, Dani Sordo fait une très belle course depuis le début du weekend. Cela va être difficile d’aller le chercher. On ne joue plus rien du tout au niveau du championnat, c’est le seul objectif qui nous reste" conclut-il.

Sébastien Ogier, leader serein mais… prudent

De son côté, Sébastien Ogier coule des jours heureux. Même s’il est confortablement en tête du championnat du monde, le Français reste vigilant et concentré et rêve d’une victoire à Monza. En tête de course et auteur de 5 scratchs sur 11, il rempli pour l’instant brillamment sa mission : "On ne peut effectivement pas en demander beaucoup plus. Mais ce n’est pas fini, en rallye ce qui compte c’est d’être bien placé en fin de rallye. C’est vrai que ce matin, on se sentait bien, surtout au 2e tour. J’ai pu tenir un bon rythme et me faire plaisir en étant en confiance. On est satisfait".

"J’ai souffert avec mes pneus comme tout le monde. J’avais des pneus à l’agonie avec peu de grip et en surchauffe. La gestion des pneus c’est un de mes gros avantages sur la terre mais sur l’asphalte, c’est plus difficile. Je ne pense pas que j’avais un gros avantage. J’essaie de ne pas regarder l’écart avec Elfyn. S’il me rattrape, je ne m’affole pas. Je garde mon rythme. Si je vois comme hier qu’il en fait un peu trop pour moi, j’abandonnerai. Mais je fais tout pour le suivre et pour l’instant, ça réussit bien."

Articles recommandés pour vous