WRC

WRC : Neuville va dominer la fin de saison... suffisant pour le titre ?

Thierry Neuville

© Belga Image

21 sept. 2020 à 14:30Temps de lecture1 min
Par Olivier Gaspard

Meilleur performeur du rallye de Turquie (7 scratches sur 12), Thierry Neuville méritait de remporter la cinquième manche du championnat du monde. Une crevaison dans la redoutée spéciale de Cetibeli en a décidé autrement. Plus verni, Elfyn Evans passait à travers et signait un deuxième succès cette saison. Les déboires mécaniques de Tanak et Ogier (direction pour l’un, moteur pour l’autre) permettaient même au Gallois de prendre la tête du championnat pilote, un championnat que Neuville n'a pas encore laissé tomber… C'est mal connaître le gaillard.

5ième à 32 points d’Evans, Neuville peut-il encore être sacré ? Et pourquoi pas ?

Dans moins de 3 semaines en Sardaigne, Thierry Neuville et Nicolas Gilsoul vont continuer leur travail de sape, se battre sur chaque spéciale pour aller chercher la victoire. Vainqueurs en 2016 et 2018 sur l’île sarde, 5ième en ordre de départ, ils seront favoris du sixième rendez-vous de la saison.

Au mois de novembre, entre Ypres et Francorchamps, sur un terrain qu’ils connaissent comme personne, l’équipage de la Hyundai numéro 11 s’élancera avec les faveurs des pronostics.

>>>> LIRE AUSSILa surprise, la phrase, la performance : 5 faits marquants du Rallye de Turquie

Clairement, la victoire est jouable, envisageable, lors des deux prochaines courses. La vitesse, l’expérience, tout est là. Reste le facteur chance, cette petite dose de réussite, parfois nécessaire en rallye.

Un rallye en plus au calendrier ?

© Tous droits réservés

Et puis, dans cette saison si particulière, il y a aussi un calendrier qui pourrait évoluer. La rumeur en Turquie annonçait l’ajout d’un nouveau rallye en fin de saison (Monza ou la Croatie seraient sur les rangs), une opportunité supplémentaire pour nos compatriotes d’engranger de gros points et peut-être in extremis, de coiffer leurs adversaires pour le titre.

Avant ce rallye de Turquie, dans une interview qu’il nous a accordée, Neuville évoquait la difficulté d’enchainer les victoires dans un championnat aussi relevé et aussi serré, avec autant de pilotes capables de s’imposer. C’est vrai, mais il n’y a pas si longtemps Tanak a bien signé 3 victoires d’affilée (Finlande, Allemagne, Turquie, en 2018 avec Toyota). Avant lui, en 2016, c’est Ogier qui avait aligné 4 succès consécutifs (Allemagne, Corse, Espagne, Grande-Bretagne au volant de la Volkswagen).

La tâche est ardue, les chances mimines, le sans-faute obligatoire mais le défi vaut la peine d’être tenté. Il faut aussi que la Hyundai soit à niveau et fiable : les soucis techniques depuis le début de la saison ont coûté trop de points à l’équipe sud-coréenne (problèmes électriques pour Neuville et soucis moteurs pour Sordo au Mexique, direction et intercom pour Tanak en Turquie). Chez Toyota, seul Ogier a perdu des points pour cause technique. La fiabilité sera déterminante pour l’attribution des titres en fin de saison.

Neuville va tout donner, ça fait partie de son pedigree, il y a des victoires à aller chercher, le titre constructeur à décrocher et plus si affinités. Vivement la Sardaigne dans moins de trois semaines.

Rallye de Turquie 2020 : Victoire d'Elfyn Evans

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous