Vivacité

Yannick Noah, victime de racisme durant son enfance : "Je suis devenu Bamboula en quelques minutes"

© Philippe Huguen / AFP

20 janv. 2022 à 16:07Temps de lecture2 min
Par François Saint-Amand

Le chanteur et tennisman français de 61 ans s’est confié ouvertement sur le racisme dont il a été victime durant sa jeunesse dans le documentaire Noirs en France de France 2.

La chaîne publique française a diffusé ce 18 janvier un documentaire édifiant sur la question du racisme dans la société française. Ce film réalisé par Aurélia Perreau et raconté par l’écrivain Alain Mabanckou était étayé par plusieurs témoignages de Français d’origine africaine venant d’horizons différents, sur les discriminations qu’ils ont subies concernant leur couleur de peau.

L’intervention de Yannick Noah a notamment marqué les esprits.

"Le seul non-blanc de toute la pension"

Depuis les gradins de Roland-Garros, celui qui reste le seul joueur français à avoir remporté un Grand Chelem de l’ère Open, s’est souvenu de ses premiers pas sur les courts, après avoir quitté le Cameroun à 11 ans pour suivre un programme de tennis intensif à Nice : "Mon premier souvenir d’enfant noir, c’est quand je suis arrivé en pension. J’étais le seul non-blanc de toute la pension. Je suis devenu Bamboula au bout de quelques minutes. Et là tout d’un coup, je me suis dit : 'Je suis noir'".

Durant sa scolarité dans l’Hexagone, il était mis à l’écart par ses camarades. "En sport-étude, au bahut, j’étais différent. Dans toutes les classes, c’était toujours la même situation et ça me plaisait d’être différent" explique-t-il avant de révéler le manque criant de diversité dans le tennis à cette époque, un sport qui était encore réservé à une certaine classe sociale. "Tu joues contre le petit noir", "Contre qui je vais jouer ? Le petit noir qui est là-bas".

Avoir un modèle pour s’en sortir

Yannick Noah ne s’est pas laissé démonter pour autant. Le jeune joueur de tennis a pris la balle au bond pour écrire son nom au palmarès du tennis français.

Il se passionne pour Arthur Ashe, premier joueur d’origine africaine à remporter un tournoi du Grand Chelem. Il rencontre même son idole, dont il imitait les mouvements, qui le poussent vers les sommets. "Il est venu faire une tournée au Cameroun et j’ai pu le voir pour de vrai. Il m’a tendu la main et ça a bouleversé ma vie" raconte l’interprète de Saga Africa qui a pu réaliser quelques échanges sur un terrain avec cette légende du tennis américain : "Arthur était halluciné de voir un môme qui jouait comme ça dans ce bled paumé. […] On a joué une dizaine de minutes, et après il m’a filé sa raquette, je dormais avec. C’était le plus beau cadeau qu’on m’ait jamais fait. Le lendemain, il m’a signé un poster et a marqué : 'Pour Yannick, j’espère que je te verrai un jour à Wimbledon'".

Et le souhait d’Arthur Ashe se réalisa puisque sept années plus tard, soit en 1978, les deux hommes jouent en double sur le court central de Wimbledon.

"Prouver que le petit noir, il a gagné"

Le rêve éveillé de Yannick Noah ne s’arrête pas là. À 23 ans, il remporte son plus beau succès : Roland Garros.

Cette victoire, au-delà du mérite sportif, était aussi un symbole de la réussite d’un noir dans une société encore marquée par la haine raciale. "Ce n’était pas que je jouais un rôle, c’est que j’avais un rôle. Je ne représentais pas juste Yannick, je représentais aussi tous les blacks qui ne jouaient pas au tennis. Ce n’est pas quelque chose que j’ai demandé, ça m’est tombé dessus" analyse le sportif et artiste de 61 ans.

Le parcours de Yannick Noah, joueur de tennis entré dans l’Histoire et chanteur à succès, force le respect. C’est en croyant dur comme fer à son identité qu’il a réalisé ses rêves : "J’avais envie de montrer que j’allais être le premier à le faire, et prouver que le petit noir il a gagné".

Yannick Noah triomphe de Mats Wilander en finale de Roland Garros, le 5 juin 1983.
Yannick Noah triomphe de Mats Wilander en finale de Roland Garros, le 5 juin 1983. AFP

L’actu people, ça se passe sur VivaCité

Pour plus d’actu people, rendez-vous tous les jours dans Le 8/9 sur VivaCité et sur la Une ainsi que dans La Récré de Midi de 12h à 13h sur VivaCité et en replay sur Auvio.

Sur le même sujet

Yannick Noah est "Back to Africa" avec son nouvel album "La Marfée"

Le 6/8

Lutte contre le racisme : la Wallonie financera 49 projets en 2022, annonce Christie Morreale (PS)

Articles recommandés pour vous