RTBFPasser au contenu
Rechercher

Exposition - Accueil

Yayoi Kusama à Londres : et si vous participiez à la création de sa nouvelle œuvre ?

"The obliteration room", commandé à l’origine par la Queensland Art Gallery en Australie, est l’un de ses projets les plus ambitieux et participatifs de Yayoi Kusama.
03 juin 2022 à 09:36Temps de lecture2 min
Par AFP

Peu d’artistes attirent autant de visiteurs au musée que Yayoi Kusama. La Tate Modern de Londres connaîtra certainement une affluence record cet été lorsqu’il accueillera l’une de ses fameuses installations. Petite particularité : le public pourra même participer à son élaboration.

Loading...

Yayoi Kusama a autrefois dit que sa vie "est un pois perdu parmi des millions d’autres pois". Cette citation prendra tout son sens dès le 23 juillet, lorsque la Tate Modern de Londres présentera "The obliteration room" de la plasticienne japonaise. Cette installation immersive, commandée à l’origine par la Queensland Art Gallery en Australie, est l’un de ses projets les plus ambitieux et participatifs. Elle prend la forme d’une pièce entièrement blanche, dont le mobilier est tout aussi immaculé.

"The obliteration room" évolue à mesure que les visiteurs y pénètrent. Chacun d’entre eux est muni d’une feuille d’autocollants représentant des pois colorés. Le but : leur permettre de laisser leur marque dans cet intérieur à l’aspect "clinique", qui se transforme progressivement en une explosion de couleurs. Yayoi Kusama en a fait sa spécialité : l’accumulation est le ressort principal de son œuvre, et du pois ("polka dot", en anglais) son motif de prédilection.

La nonagénaire la plus populaire au monde

Du haut de ses 93 ans, Yayoi Kusama est une véritable star de la scène contemporaine. Des institutions comme le Martin-Gropius-Bau à Berlin et le musée d’art moderne de Tel-Aviv multiplient les rétrospectives lui rendant hommage, pour le plus grand plaisir de leurs visiteurs.

Ils y affluent par milliers pour voir les installations de la plasticienne japonaise, où les lumières et les couleurs se démultiplient à l’infini. Le phénomène est tel que le musée des beaux-arts de l’Ontario au Canada avait chargé un gardien d’accorder vingt à trente secondes, chronomètre en main, à chaque personne pénétrant dans les différentes salles de son exposition "Infinity Mirrors".

Loading...

Les collectionneurs d’art manifestent le même engouement pour les œuvres de Yayoi Kusama. L’une d’entre elles, intitulée "Untitled (Nets)", a été adjugée à 10,5 millions de dollars en mai chez Phillips. Un record pour l’avant-gardiste. Le deuxième prix correspond à l’un de ses "Interminable Net", une peinture de points blancs sur blanc réalisée en 1959, vendue pour 7 millions d’euros chez Sotheby’s en 2019.

Ce succès est d’autant plus étonnant que Yayoi Kusama vit recluse dans une clinique psychiatrique de Tokyo depuis 1977. Son atelier est installé à quelques mètres de cette institution privée et elle passe le plus clair de son temps à travailler. Un style de vie qui a contribué à faire de cette nonagénaire l’une des artistes les plus populaires, et "Instagrammables", de la planète.

"The obliteration room" de Yayoi Kusama est à découvrir du 23 juillet au 29 août à la Tate Modern à Londres.

Articles recommandés pour vous