Zeebruges : vaste opération de police pour contrôler le respect des conditions de travail des chauffeurs routiers

06 juin 2022 à 12:02 - mise à jour 06 juin 2022 à 12:10Temps de lecture1 min
Par Jean-François Noulet, avec H. Messoudi

La police a mené, ce lundi de Pentecôte, une vaste opération de contrôle des conditions de travail des chauffeurs routiers sur un parking de Zeebruges. C’est une opération assez rare. La dernière remonte à 2017.

La loi prévoit que les chauffeurs routiers ne se trouvent pas dans leur véhicule lors de leur pause hebdomadaire de 45 heures consécutives. Ce lundi, la police a constaté au moins une soixantaine d’infractions. Sur le parking où l’opération de contrôle s’est déroulée, 250 poids lourds étaient stationnés pour le week-end. Les chauffeurs présents sur place pour leur pause hebdomadaire auraient dû se trouver ailleurs, par exemple dans une chambre d’hôtel payée par l’employeur.

"On voit souvent sur les parkings des camionneurs qui restent dans leur cabine. Ce long week-end de trois jours, on constate que les camionneurs sont dans leur cabine. Il n’y a que 8 toilettes prévues", explique l’inspecteur principal de police Kurt Garrez, de la police de la route.

© Tous droits réservés

Pour Guy Van Hyfte, syndicaliste, membre du comité de direction de l’ETF, la fédération européenne des travailleurs du secteur des transports, "ce sont des esclaves". "On a vu des chauffeurs qui font la vaisselle, qui se lave. Il y a seulement 8 toilettes et seulement 2 ou 3 douches", déplore Guy Van Hyfte.

L’amende pour non-respect du temps de repos hebdomadaire hors du véhicule peut grimper à 1800 euros, à charge de l’employeur.

Sur le même sujet

Transport maritime : une nouvelle liaison ferry entre Zeebruges et l’Ecosse (Rosyth) inaugurée dès 2023

Articles recommandés pour vous